Bicentenaire de Napoléon : l'Histoire revient au galop

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 05 mai 2021 - 14:01
Image
Napoléon peint par Théodore Géricault
Crédits
Wikimédia
Napoléon peint par Théodore Géricault
Wikimédia

Aujourd'hui, nous commémorons le bicentenaire de Napoléon 1er, mort le 5 mai 1821 sur l’île de Sainte-Hélène. Lui qui a tant marqué l'Histoire, honoré par les uns, disgracié par les autres, est un des personnages qui a fait couler le plus d'encre. S'il est aussi l'un des plus clivants, l'important est aujourd'hui "de nourrir la mémoire par le savoir" comme le rappelle justement l'Institut de France. Pour ce faire, les représentants des cinq Académies ont chacun écrit un texte commémoratif, des regards actuels qui constitueront un dossier historique sur l'empereur.

Voir les cinq discours des académiciens pour l'Institut de France

Par ailleurs, Emmanuel Macron ira discourir à 16h30 sous la coupole de l'Institut. Il s'agira pour lui de marcher sur un fil entre la digne célébration et l'humble commémoration afin de rester consensuel. Finalement, il dit vouloir "regarder l'Histoire en face" en n'omettant ni le "meilleur de l'empereur", ni "le pire de l'empire". Certains ne soutiennent pas cette position d'équilibriste :

S'il illustre pour certains la grandeur et l'héritage de la France :

D'autres ne portent pas Napoléon dans leur coeur et préfèrent soulever le débat (ici celui de l'esclavage qu'il rétablit en 1802) :

Quoi qu'il en soit, s'il y a bien une chose dont nous pouvons parler librement, c'est de Marengo. En effet, Le Musée de l'Armée des Invalides a donné carte blanche à 30 artistes contemporains pour décorer le mémorial à l'occasion du bicentenaire de l'empereur. L'une des oeuvres, proposée par Pascal Convert, a largement fait réagir historiens et militaires sur les réseaux ; il s'agit du squelette de Marengo, cheval préféré de Napoléon, suspendu au-dessus du tombeau de son maître :

Si beaucoup lui reprochent effectivement de ne pas respecter la solennité du mémorial, l'artiste se défend ainsi : "Je travaille pour le sacré, pas pour le sacrilège". En tout cas, l'oeuvre devrait être visible à partir du 7 mai. Après tout, Napoléon le disait lui-même :

"Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille"

Peut-être cette citation devrait-elle nous permettre de tirer calmement les leçons de notre passé, sans s'écharper autour de débats anachroniques.

À LIRE AUSSI

Image
Vestiges du château de Termes en Aude, pays cathare
Il est temps de se souvenir de qui nous sommes
Le clivage qui s’installe dans la société française depuis un an n’est pas qu’une question de politique et de vision de l’avenir, mais révèle deux conceptions de la vi...
20 mars 2021 - 07:34
Opinions