Bilan du 1er mai : entre pacifisme et violence, entre autorisations et abus d'autorité

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Bilan du 1er mai : entre pacifisme et violence, entre autorisations et abus d'autorité

Publié le 04/05/2021 à 11:50
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le samedi 1er mai 2021, Paris était le rassemblement des différentes luttes politiques. Place de la République, lors de leur mouvement en direction de Nation, la CGT et d’autres collectifs ont connu une marche mouvementée, notamment avec des heurts avec la police. Mais comme le montre la vidéo ci-après, une ambiance de fête s'est par moments dégagée - étonnant pendant que la plupart dénoncent des temps troubles.

Voir aussi : La police surprise par un "flashmob" anti-confinement à Paris

Tous types de manifestant, dont des anti-confinement ou couvre-feu, se sont greffés à la CGT, décriant principalement la réforme de l’assurance-chômage. Certains appellent à libérer Eric Fiorile, figure controversée, accusé de complotisme et d'appel à l’action violente. Pour le soutenir, des manifestants militants pour sa cause évoquent la liberté d’expression, préconisant de laisser chacun exprimer ses idées en société.

#1ermai pic.twitter.com/WOmJGac703

Place Vauban, de l’autre côté de Paris, le collectif Paris pour la liberté a pu tenter de manifester en toute légalité... en théorie du moins. La veille en fin de journée, la préfecture de police de Paris avait interdit la manifestation de ces militants revendiquant la fin de mesure sanitaires liberticides. Cette même préfecture est revenue en début de matinée, samedi, pour autoriser la manifestation, mais à condition qu’elle reste statique, alors qu'une marche était initialement prévue. Pour justifier cette interdiction, l’institution invoquait la sécurité vis-à-vis de potentiels attentats terroristes, et le manque d'effectifs pour sécuriser l'ensemble des manifestations de ce samedi traditionnellement chargé dans la rue. Résultat : il y avait à de nombreux endroits de mobilisation dans Paris, autant sinon plus de policiers que de manifestants...

Sur la chaîne YouTube de Force Jaune, Sophie Tissier montre comment malgré un mouvement entièrement pacifiste, et un respect du comportement statique qui était demandé aux manifestant, la police est intervenue et a verbalisé la plupart de ces derniers. Mlalgré le respect de la loi, Sophie Tissier a passé six heures en garde à vue, elle en ressort sans poursuite, mais elle se dit « bien écœurée encore une fois des procédés de Lallement (Didier Lallement, préfet de police de Paris) ». Pour FranceSoir, l’ancienne leader du mouvement Nuit debout explique : « Ils ont encore abusé de leur autorité. Je suis pacifique et je le revendique. Il n’y avait aucun arrêté d’interdiction sur la place Vauban. Le préfet m’a donc arrêtée arbitrairement. Droits de l’homme encore bafoués par ce gouvernement. » Elle affirme "rester combative" et mobilisée en vue du 15 mai notamment, malgré la manifestation "tuée dans l'oeuf" par l'arrivée des néo-"voltigeurs" de la BRAV (Brigades de répression des actions violentes motorisées) qui a fait fuir les manifestants.

Voir aussi : Une enquête ouverte sur les violences contre la CGT le 1er-Mai à Paris

Violences en marge du 1er mai: vives condamnations syndicales et politiques

De son côté, Florian Philippot a réuni son propre cortège, 10 000 personnes selon lui, marchant « pour la Liberté ». Leader du parti politique les Patriotes, il appelait notamment à manifester contre un potentiel passeport vaccinal, ou encore pour inciter le peuple français à « exiger la sortie de l’UE et de l’euro. »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Place de la République, entre fête et affrontements

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-