Boris Faure revient sur son agression par le député M'jid El Guerrab: "je l'aborde et je me retrouve à terre, en sang" (vidéo)

Boris Faure revient sur son agression par le député M'jid El Guerrab: "je l'aborde et je me retrouve à terre, en sang" (vidéo)

Publié le 13/09/2017 à 10:22 - Mise à jour à 10:35
© Martin BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Boris Faure, le premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'étranger, a témoigné ce mercredi au micro de France Inter de l'agression dont il a été victime le 30 août. Ce jour-là, le nouveau député LREM M'jid El Guerrab l'aurait violemment agressé, a priori pour un motif politique, le laissant avec une hémorragie cérébrale qui a failli lui coûter la vie.

Il a passé quatre jours en réanimation après un pronostic vital engagé suite à des coups portés par M'jid El Guerrab, le député LREM des Français de l'étranger de la circonscription du Maghreb-Afrique de l'Ouest. Boris Faure, le premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'étranger a témoigné ce mercredi 13 de l'agression qu'il a subi le 30 août rue Broca, sur l'antenne de France Inter.

Dans un premier temps, Boris Faure, visiblement ému et la diction parfois hésitante, est revenu sur les faits (du moins selon sa version):"Dans une rue du 5e arrondissement de Paris, c'est une rencontre entre deux personnes qui se connaissent. Je connais M'jid El Guerrab depuis trois ans (avant de rejoindre Emmanuel Macron, le député élu était au Parti socialiste, NDLR). Nous avions eu des relations de bonne camaraderie et il y a eu des tensions pendant la campagne. Je l'aborde et je me retrouve à terre, en sang, avec deux coups de casque".

Si le député LREM admet avoir commis le geste –avec le casque de son scooter– l'agresseur (qui a été mis en examen après une garde à vue) assure que Boris Faure l'avait traité de "sale arabe" et, préalablement à la rencontre, a été menacé de mort par son ancien ami politique. Boris Faure dément ces propos que M'jid El Guerrab, ainsi qu'un vigile témoin de la scène, lui prêtent: "Je vous le dis très nettement, il n'y a eu dans ma bouche aucune insulte raciste , aucune insulte tout court. Je suis un militant anti-raciste. C'est un mensonge éhonté. C'est du roman de gare". La victime précise que ce que le député LREM appelle harcèlement se résume à "60 SMS en trois ans".

Boris Faure a accepté de revenir sur le différend existant entre lui et M'jid El Guerrab et ayant visiblement mené à une telle violence. "Quand il est venu dans ma fédération pour candidater, j'ai considéré que je n'avais pas à le soutenir". Avant de conclure, pour commenter les excuses publiques du député agresseur: "Je ne crois pas au pardon, je ne suis pas religieux. Je crois à la justice". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




M'jid El Guerrab reste député, malgré sa mise en examen.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-