Buisson règle ses comptes avec Sarkozy dans un livre, découvrez quelques extraits

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Buisson règle ses comptes avec Sarkozy dans un livre, découvrez quelques extraits

Publié le 27/09/2016 à 18:43 - Mise à jour à 18:45
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

A deux mois de la primaire de la droite, Patrick Buisson, l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, règle ses comptes avec l'ex-chef de l'Etat dans un livre explosif, "La Cause du peuple", à paraître jeudi. Il révèle certaines anecdotes et confidences compromettantes que lui aurait faites l'ancien président.

Patrick Buisson, sulfureux conseiller tombé en disgrâce de Nicolas Sarkozy, règle ses comptes avec l'ex-chef de l'Etat dans un livre explosif, La Cause du peuple, à paraître jeudi, en pleine bataille de la primaire de la droite pour 2017. Manipulations contre ses adversaires, phrases assassines de l'ancien président sur ses rivaux... Dans un pavé de 464 pages, sous-titré L'histoire interdite de la présidence Sarkozy et dont L'Express publie des extraits, le politologue et historien mêle anecdotes et réflexions, visiblement nourries d'amertume, sur ce "trader de la politique", "moteur à deux temps fonctionnant au mélange d'un discours dur et d'une pratique molle".

Parmi ses confidences, celui qui a été condamné pour atteinte à la vie privée, après avoir enregistré longuement à son insu Nicolas Sarkozy, affirme que ce dernier a laissé, en 2006, "des bandes de blacks et de beurs" agresser des "jeunes blancs" anti-CPE pour reprendre ensuite le contrôle de la situation face à son rival Dominique de Villepin. A l'époque, alors que la rivalité avec son ministre de l'Intérieur est à son comble, le très populaire Premier ministre Dominique de Villepin veut marquer des points en présentant le Contrat première embauche, mais le projet jette de nombreux jeunes dans la rue et sera finalement enterré. L'une des manifestations, le 26 mars, se termine par des émeutes aux Invalides, à Paris.

"Pour Nicolas Sarkozy, les Invalides furent l'équivalent d'Austerlitz pour Napoléon (...) A tout le moins s'il faut en croire l'histoire qu'il aimait à raconter en petit comité: +Nous avions pris la décision de laisser les bandes de blacks et de beurs agresser les jeunes blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match de la probabilité de sérieux incidents+", rapporte l'ancien directeur de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, mis en examen pour l'affaire des sondages de l’Élysée.

M. Buisson fait aussi dire à Nicolas Sarkozy, lors d'une autre manifestation anti-CPE: "On laissera (les casseurs) faire leurs courses chez Darty et à Go Sport". Le ministre de l'Intérieur était ensuite apparu sur les lieux, "fier de montrer à quel point il maîtrisait la situation face à un Premier ministre englué dans un affrontement mortifère avec la jeunesse". Le conseiller disgracié en 2014 -que certains sarkozystes qualifiaient à l'Elysée de "gourou"- affirme qu'entre les deux tours de la présidentielle de 2007, le candidat Sarkozy lui a demandé: "Appelle (Jean-Marie) Le Pen... Demande-lui ce qu'il veut (...) S'il faut le recevoir maintenant, je le recevrai".

Il assure aussi qu'il avait demandé à ses troupes de "faire remonter une cinquantaine de signatures d'élus au candidat Le Pen" pour qu'il puisse concourir. Et l'ex-chef de l’État aurait affirmé en 2005 devant des proches: "Les valeurs du Front national sont celles de tous les Français". Réputé avoir la dent dure en privé, Nicolas Sarkozy peut même être assassin si l'on en croit les mots que lui attribue Buisson: Jacques Chirac serait "corrompu", François Fillon "un pauvre type, minable" et Dominique Strauss-Kahn, "un dégoûtant personnage" qu'il avait "de quoi faire exploser en plein vol" en vue de la présidentielle de 2012.

Avec la publication de ces confidences, la journée a été difficile pour M. Sarkozy, dont deux proches, les deux ex-grands flics Bernard Squarcini et Christian Flaesch, étaient toujours en garde vue mardi dans une enquête pour trafic d'influence.

Sollicité mardi par l'AFP, son entourage a dit "n'accorder aucune importance aux propos de Patrick Buisson" en soulignant qu'"à la demande de Nicolas Sarkozy, qui ne l'a plus revu depuis la révélation des enregistrements clandestins, la justice a condamné ses pratiques". "Le crédit à apporter à ses allégations doit donc être vu à l'aune de cette condamnation", insiste-t-on. Cet homme "ne m'intéresse plus", "ce n'est pas un sujet pour moi", avait lâché dès lundi matin sur Europe 1 Nicolas Sarkozy.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Patrick Buisson raconte dans un livre ses années passées avec Nicolas Sarkozy.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-