À Nice, l'installation de caméras dans des salles de classe suscite l’indignation des professeurs

À Nice, l'installation de caméras dans des salles de classe suscite l’indignation des professeurs

Publié le 26/11/2021 à 16:33
© Philippe HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Début novembre, des professeurs de l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspe) de Nice ont eu la surprise de découvrir des caméras de surveillance dans deux salles de classe. Une plainte a été déposée à la CNIL et les caméras ont depuis été retirées.

« Une forme de mépris »

Des professeurs sous vidéosurveillance. Lundi 8 novembre, au retour des vacances de la Toussaint, des professeurs l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspe) de Nice, abrité au sein de l’université Côte d’Azur, ont découvert avec étonnement de nouveaux dispositifs dans leur salle de classe. Des caméras globulaires installées juste au-dessus du tableau. Des caméras similaires ont aussi été installées dans certains couloirs.

L’affaire, révélée par Libération, a depuis été reprise par Nice-Matin et a abouti à un dépôt de plainte à la CNIL (commission nationale informatique et libertés). « La caméra, c’est une demi-sphère placée juste au-dessus du tableau. Le prof est filmé de dos, les étudiants de face, explique à Libération Olivier Le Dantec, formateur en mathématiques. Pour moi, c’est horrible, car il y a une forme d’intimité dans un cours. »

Un avis partagé par sa collègue Karine Lambert, maîtresse de conférence en histoire, qui estime qu’il s’agit d’une « forme de mépris ». « C’est insupportable, car on est dans des espaces d’enseignement où la liberté d’expression est quelque chose d’important, mais aussi pour ce qu’une caméra signifie en termes de surveillance. »

Des caméras installées pour surveiller les portes d’accès

Interrogée par Libération, l’université Côte d’Azur assure que ces caméras ont été installées « dans le cadre du plan d’équipement et de sûreté développé par l’établissement », notamment pour surveiller le bâtiment des intrusions potentielles, et que seules les forces de police, sur réquisitions, pourront avoir accès à ces images, qui ne sont stockées qu’un mois avant destruction. Le rectorat de Nice assure n’avoir jamais été informé de l’installation de ces équipements.

Pas de quoi calmer la colère des professeurs. « C’est quoi l’idée ? C’est de mettre bientôt des caméras dans toutes les salles de classe ? C’est d’habituer les futurs profs ? s’emporte Olivier Le Dantec. C’est sans doute farfelu, mais on peut faire ce type d’hypothèses. »

Les caméras ont été retirées

Depuis, plusieurs plaintes ont été déposées auprès de la CNIL pour « l’installation de deux caméras dans des salles de classe » et « l’absence d’information des personnes concernées ». Selon Nice-Matin, ces plaintes sont actuellement « en cours d’instruction ».

Dans un article daté du jeudi 25 novembre, Libération affirme que l’université a désormais procédé au retrait des deux caméras globulaires installées dans les salles de classe. « L’objectif n’a jamais été de pointer sur les salles de cours, mais de pointer uniquement sur les portes d’accès. Faisant suite aux retours des membres de la communauté, nous avons donc tout simplement décidé de retirer ces 2 caméras, chose que nous aurions faite de la même manière et avec la même célérité si la demande nous était arrivée par des remontées internes traditionnelles », assure l’université Côte d’Azur dans un communiqué, ajoutant que ces caméras n’avaient « jamais été mises en service ».

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les enfants, masqués, ne pouvaient même pas sourire à la caméra !

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-