Cancer: le Sénat dit "oui" au droit à l'oubli

Cancer: le Sénat dit "oui" au droit à l'oubli

Publié le 02/10/2015 à 09:05 - Mise à jour à 09:11
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le Sénat a voté, dans la nuit de mercredi 30 à jeudi 1er, en faveur du droit à l’oubli pour les personnes ayant été atteintes d’un cancer. Désormais, elles ne seront plus obligées de mentionner leur ancienne maladie auprès des banques et des assurances.

François Hollande l'avait promis, il l'a fait. Dans la nuit de mercredi 30 à jeudi 1er, les sénateurs ont adopté l'instauration d'un "droit à l'oubli" pour les anciens malades du cancer en insérant dans la loi la convention signée fin mars par le gouvernement avec les assureurs de santé. Jusqu'alors privés de prêts immobiliers et pénalisés par les assurances en raison de leur passé, les anciens malades du cancer n'auront désormais plus à mentionner leur pathologie pour obtenir un prêt ou souscrire une assurance. Cette mesure du troisième plan cancer, qui était l'une des promesses de François Hollande, avait déjà été approuvée par les députés en première lecture du projet de loi santé de Marisol Touraine.

En parallèle, les sénateurs sont allés plus loin en adoptant une série d'amendements dont un raccourcissant le délai prévu par la convention. Fixé initialement à 15 ans après la guérison, il a finalement été ramené à 10. Concrètement, tous les anciens malades, quel que soit le cancer dont ils souffraient, "n'auront plus à le déclarer", 10 ans après l'arrêt du traitement.

Ce délai pourra cependant être inférieur pour certains cancers. D'après la convention, une grille de référence sera régulièrement actualisée pour tenir compte des progrès thérapeutiques afin d'établir la liste des cancers qui pourront "systématiquement bénéficier d'un tarif d'assurance emprunteur standard (sans surprime)". Les mineurs, eux, bénéficieront du droit à l'oubli cinq ans au maximum après la fin des traitements. 

Cette annonce intervient alors qu'une pétition en faveur du droit à l'oubli, lancée sur Rose magazine, a été signé par près de 10.000 personnes. S'il s'agit d'un faible score, la démarche a tout de même réussi à convaincre les sénateurs. Sur une plateforme multimédia, mise en place par la revue féminine, des anciens et actuels malades ont ainsi partagé leurs témoignages sous forme de vidéo en racontant leur parcours, leur combat mais aussi leur crainte de ne pas pouvoir concrétiser leurs projets sans le droit à l'oubli.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les sénateurs ont adopté le droit à l’oubli pour les anciens malades.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-