Centrafrique: Hollande annonce la fin de Sangaris, mais pas de la présence française

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Centrafrique: Hollande annonce la fin de Sangaris, mais pas de la présence française

Publié le 14/05/2016 à 16:54 - Mise à jour à 16:57
©Marco Longari/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En déplacement en Centrafrique avant un sommet anti-Boko Haram au Nigeria, François Hollande a annoncé la fin officielle de l'opération Sangaris. Un important contingent de soldats français restera néanmoins sur place.

L'opération est finie, mais pas la présence française dans le pays. En déplacement en Centrafrique, vendredi 13, avant de rejoindre le Nigeria pour un sommet consacré à la lutte contre les djihadistes de Boko Haram, François Hollande a annoncé que "Sangaris se termine". Pour autant, quelque 500 soldats français vont rester sur place signe que le désengagement n'est pas synonyme d'abandon.

La paix est ainsi plus que fragile dans un pays encore en proie aux violences sporadiques entres chrétiens et musulmans, bien que la plupart de ces derniers aient fui le pays après le renversement des Séléka par les anti-Balakas. Mais aussi et surtout car l'affaiblissement du pouvoir dû à des années d'instabilité -Sangaris était la septième intervention française depuis l'indépendance de la Centrafrique, en 1960- a ouvert de nombreux conflits disparates, mêlant communautarisme et banditisme.

Pour répondre aux attentes des autorités et de la population centrafricaines tout en ne donnant pas l'impression de s'enliser dans le pays, François Hollande a donc choisi le retrait sans retrait. L'essentiel de l'effectif (300 soldats sur 500) resté sur place formera ainsi un "embryon d'une force de réaction rapide qui ne dit pas son nom", résume Radio France Internationale.

Une nouvelle implantation qui vient rejoindre la multitude de bases et autres forces en "opérations extérieures", les fameuses "OPEX", disséminées sur le continent africain, de Dakar à Abu Dhabi en passant par Libreville, sans oublier Barkane.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-