Caméras "augmentées": la CNIL pointe "des risques nouveaux pour la vie privée"

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 22 juillet 2022 - 11:50
Image
surveillance
Crédits
CNIL
Vers un crédit social à la française ?
CNIL

Le 19 juillet dernier, à la suite d'une consultation publique, la CNIL a publié son avis quant au déploiement des caméras de surveillance "augmentées" en France. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la commission est réservée ; elle pointe les risques d’une utilisation généralisée, qui menacerait davantage encore le respect des données personnelles et des libertés.

Des caméras "augmentées" pour l’analyse automatique des comportements

Les technologies de surveillance automatisées permettent de capter automatiquement le son, l’image et les données biométriques. Les applications potentielles sont pléthoriques : calcul d'un nombre de personnes sur un lieu précis, surveillance du port d’un masque, détection des bagages abandonnés, stationnement interdit, circulation en contre-sens, repérage des déchets canins, dépôt sauvage d'ordures, etc.

Lire aussi : Biométrie dans l'espace public: le rapport du Sénat se veut rassurant mais laisse "des zones de flou"

Alors qu’en 2019, la reconnaissance faciale avait déjà fait l’objet de recommandations spécifiques, la CNIL se concentre cette fois sur les "risques nouveaux" que représentent ces caméras "augmentées" quant à la vie privée. La commission appelle à une réflexion sur le juste usage de ces outils dans l’espace public.

Un calcul statistique autorisé

Utiliser ces technologies sans identification des personnes, en particulier pour faire des calculs statistiques, ne représente pas de danger, selon la CNIL. Pour calculer l’affluence dans le métro, par exemple, pas de problème. "Lorsque les caméras augmentées sont utilisées pour produire des statistiques, constituées de données anonymes et n’ayant pas de vocation immédiatement opérationnelle, elles peuvent d’ores et déjà être déployées, sans encadrement spécifique", peut-on lire dans le rapport. Néanmoins, ce sont les pouvoirs publics qui doivent veiller à ce que l’utilisation des caméras "augmentées" soit limitée aux cas "les plus légitimes", car un déploiement massif de ces technologies pourrait modifier le comportement des citoyens et leur rapport à l’espace public.

Intrusifs par nature, la CNIL considère que ces mécanismes de surveillance peuvent provoquer des comportements de dissimulation et de protection. Et ce n'est pas préjudiciable... pour l'instant.

Ni détection, ni poursuite d'infractions

Comme l’indique la CNIL, la loi française n'autorise pas l'usage par la puissance publique des caméras "augmentées" pour la détection et la poursuite d'infractions. Dans le cas où l’efficacité de ces caméras augmentées serait prouvée, et que leur utilisation serait jugée nécessaire, celle-ci devrait être autorisée par une loi spécifique (idéalement issue d’un débat démocratique), qui fixerait des cas d’usages précis.

Enfin, la CNIL souligne que ces technologies ne devraient en aucun cas permettre de mettre en place un système de notation des citoyens, comme c'est le cas en Chine.

Voir aussi : Jean-Frédéric Poisson : "Quel est ce pays qui en est à vouloir inspecter le fond des consciences ?"

Le problème étant que, comme le remarque l’Usine Digitale, certaines technologies de surveillance proviennent justement de Chine, comme celles proposées par Alibaba pour les Jeux Olympiques. Il se pourrait donc que cela complique grandement l'accès aux données de fonctionnement du système. Reste à savoir qui de la Chine ou de nos dirigeants européens fera le plus de zèle pour dissimuler les informations compromettantes sur l'utilisation de ces caméras.

Quoi qu'il en soit, au vu de l'augmentation constante des contraintes et de la surveillance ces dernières années, il y a fort à parier que nos gouvernements ne s'arrêteront pas au calcul statistique. L'expérience est bien connue : jetez une grenouille dans une marmite d'eau bouillante, et elle bondira en dehors immédiatement. Mais si vous la plongez dans de l'eau froide et que vous la faites chauffer lentement, elle s'y plaira jusqu'à ce qu'elle y laisse la vie.

À LIRE AUSSI

Image
Sylviane Noël, au Défi de la vérité
Sylviane Noël : "une société de flicage aux antipodes des valeurs de mon pays"
Sénatrice de Haute-Savoie, Sylviane Noël a relevé le défi ! Opposée au passe sanitaire, la sénatrice se dit fière d’avoir tenu cette ligne de conduite face à un gouver...
01 décembre 2021 - 21:00
Vidéos
Image
Macron Figaro
Le Figaro nous donne raison sur tout: Macron devient "rassuriste"
TRIBUNE — C’est un vrai coup de tonnerre dans la presse alarmiste. Dans un article paru le 8 juillet, le Figaro reprend un par un tous les sujets que FranceSoir égrain...
09 juillet 2022 - 20:55
Opinions
Image
Jean-Frédéric Poisson continue de s'opposer au passe sanitaire
Le passe est de retour, notre combat continue
TRIBUNE — C’est officiel, le covid est de retour, en France comme en Europe. C’est du moins ce qu’affirment commentateurs, médecins de plateaux et spécialistes autopro...
24 juin 2022 - 11:45
Opinions
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don