Colère des policiers après les menaces de Marine Le Pen contre les fonctionnaires et la justice

Auteur(s)
ET
Publié le 28 février 2017 - 11:04
Image
Le présidente du Front national et candidate à la présidentielle Marine Le Pen le 26 février 2017 à
Crédits
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Marine Le Pen tenait un meeting au Zénith de Nantes, dimanche 26.
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Lors de son meeting à Nantes, en Loire-Atlantique, Marine Le Pen a fustigé "les fonctionnaires soumis à un personnel politique aux abois". Après le Syndicat de la magistrature c'est aux syndicats de policiers de réagir à ses propos.

Lors d'un meeting à Nantes (Loire-Atlantique) dimanche 26, Marine Le Pen a accusé les fonctionnaires d'être à la solde de "politiques aux abois" alors que son parti est cité dans plusieurs affaires d'emplois fictifs et qu'elle même a refusé une convocation policière mercredi 22.

En faisant référence aux enquêtes qui menacent la campagne de François Fillon mais surtout la sienne, Marine Le Pen s'est emportée contre les fonctionnaires.

"Un personnel politique aux abois demande d'utiliser les pouvoirs d'Etat pour surveiller les opposants ou organiser à leur encontre des persécutions, des coups tordus ou des cabales d'Etat" a lancé Marine Le Pen avant de prévenir clairement les fonctionnaires que"dans quelques semaines, ce pouvoir politique aura été balayé par l'élection. Mais ces fonctionnaires devront assumer le poids de ces méthodes illégales. Ils mettent en jeu leur propre responsabilité".

En visant les juges et les policiers, la candidate FN  a déclenché des réactions indignées de nombreux syndicats, ancrés à gauche ou à droite.

Le syndicat policier Alliance, plutôt ancré à droite, a dénoncé "la gravité de ces propos menaçants" dans un communiqué le lundi 27. Rappelant au passage que les policiers "travaillent en toute impartialité" et pour l'intérêt commun.

Le Syndicat de la Magistrature a dénoncé lundi 27 "les manœuvres de déstabilisation de la justice" après les menaces claires de Marine Le Pen envers leur profession.

François Hollande s'est lui même exprimé sur le sujet en indiquant qu'il n'accepterait "jamais qu'on puisse mettre en cause les fonctionnaires dans notre République".

À LIRE AUSSI

Image
Marine Le Pen au Zénith de Nantes, le 26 février 2017
Le Syndicat de la Magistrature dénonce le "mépris" et les "menaces" envers la Justice
"Mépris", "menaces", le Syndicat de la Magistrature (SM, gauche) a dénoncé lundi "les manœuvres de déstabilisation de la justice", faisant notamment référence à des pr...
27 février 2017 - 23:40
Politique
Image
Marine Le Pen le 15 décembre 2015 au Parlement européen de Strasbourg
Parlement européen: Marine Le Pen reconnaît et justifie un emploi fictif
Selon un document de l'organisme anti-fraude de l'UE dévoilé ce jeudi, Marine Le Pen aurait reconnu avoir employé fictivement son garde du corps, au motif de régularis...
16 février 2017 - 21:53
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don