Collèges et lycées: Geoffroy Didier propose un "test de radicalisation"

Collèges et lycées: Geoffroy Didier propose un "test de radicalisation"

Publié le 09/08/2016 à 10:55 - Mise à jour à 10:59
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Afin de "détecter la radicalisation des jeunes le plus tôt possible", Geoffroy Didier a proposé ce mardi de mettre en place un "test de radicalisation" dans les collèges et les lycées. S'il s'avère positif ou en cas de refus de l'élève, "les parents de l’adolescent mineur seraient informés et un suivi psychologique et éducatif devrait être immédiatement mis en œuvre".

Geoffroy Didier, candidat à la primaire de droite, a proposé ce mardi 9 de mettre en place un "test de radicalisation" dans les collèges et les lycées, prenant la forme d'un entretien avec un psychologue, "à titre de prévention". "La majorité des attentats récents ont été commis par des jeunes qui sont allés à l’école en France (...) Ces jeunes passent sous l’influence d’Internet en consultant des sites et vidéos djihadistes ou sont recrutés par des imams salafistes qui viennent jusqu’à la sortie de certains collèges et lycées", a estimé Geoffroy Didier dans un communiqué.

Afin de "détecter la radicalisation des jeunes le plus tôt possible", le vice-président LR de le région Ile-de-France propose "que soit créé un +test de radicalisation+ pour tout jeune scolarisé dans un collège ou lycée dont le comportement aura été identifié comme inquiétant par la communauté éducative". "Ce +test de radicalisation+ prendrait la forme d’un entretien entre l’élève et un psychologue de la communauté éducative" et comprendrait notamment des questions telles que : "+Refusez-vous des activités sportives sous prétexte qu’elles sont mixtes?, Comment qualifiez-vous les récents attentats en France? Que pensez-vous du djihad? Consultez-vous ou avez-vous déjà consulté des vidéos ou sites appelant au Djihad?+", a-t-il précisé.

"Si le test s’avère positif ou en cas de refus de l’élève, les parents de l’adolescent mineur seraient informés et un suivi psychologique et éducatif devrait être immédiatement mis en œuvre", a poursuivi M. Didier. "L’élève serait ensuite convoqué régulièrement. (...) En cas de poursuite ou d’amplification de la radicalisation, le proviseur aura pour devoir d’effectuer, avec les services d’assistance à l’enfance, un signalement à la police, à la gendarmerie et à l'autorité judiciaire", a-t-il détaillé. Pour Geoffroy Didier, cette mesure "n'a de sens que si elle s’inscrit dans une politique de renforcement des moyens d’assistance à l’enfance et dans une refonte de l'école", qui "nécessitera d'enseigner notamment le respect et le dialogue interreligieux".

"C’est son droit de le proposer", a réagi le sénateur LR Roger Karoutchi sur i>télé. "Cela n’est pas la position de ma formation politique, d’abord parce que ce ne serait pas constitutionnel – vous n’avez pas le droit de faire un test sur certains et pas sur d’autres, donc dans les collèges vous faites comment – et puis je ne suis pas sûr que dans les collèges ça ne pousserait pas à la stigmatisation, donc finalement à la radicalisation", a-t-il dit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ce test de radicalisation "prendrait la forme d’un entretien entre l’élève et un psychologue de la communauté éducative", selon Geoffroy Didier.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-