Confidences de François Hollande aux journalistes du "Monde": Manuel Valls en "colère"

Confidences de François Hollande aux journalistes du "Monde": Manuel Valls en "colère"

Publié le 28/10/2016 à 19:33
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Peu après la publications du livre-confessions de François Hollande "Un président ne devrait pas dire ça", Manuel Valls a fait part de sa "colère" personnelle jeudi, selon "Le Monde". "A cause de la situation politique actuelle, j'ai le sentiment d'avoir une véritable responsabilité afin qu'on sorte le mieux possible de cette période très périlleuse", aurait-il également admis.

Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué jeudi 27 sa "colère" personnelle et une "honte" ressentie selon lui par les militants socialistes à la lecture du livre-confessions de François Hollande Un président de devrait pas dire ça..., selon Le Monde paru ce vendredi 28 dans l'après-midi. "C'est ce que je ressens, il ne faut pas se taire et toujours nommer les choses", a confié le chef du gouvernement, cité par le quotidien, dans l'avion qui le conduisait à Bordeaux où il tenait jeudi soir une réunion publique. Il a estimé "avoir une véritable responsabilité" pour sortir de la crise.

Selon M. Valls, le livre des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, nourri des confidences du président de la République, "a provoqué un choc, un abattement chez les parlementaires" socialistes, "il a agi comme un révélateur". Reprenant des propos critiques à l'égard de François Hollande déjà tenus mardi 25  par le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, le Premier ministre a estimé que "le pays a besoin d'incarnation".

Les cinq prochaines semaines, dans l'attente de la décision de M. Hollande de se présenter ou non à sa succession, seront "décisives pour la gauche de gouvernement", a ajouté Manuel Valls. "A cause de la situation politique actuelle, j'ai le sentiment d'avoir une véritable responsabilité afin qu'on sorte le mieux possible de cette période très périlleuse", a-t-il encore confié. Sollicité par l'AFP, Matignon n'avait pas réagi ce vendredi après-midi.

En réunion publique, M. Valls a appelé jeudi les militants à "compter sur (lui) pour la fierté et l'espoir". "Moi j'en ai à revendre, et j'ai envie de vous entraîner, avec d'autres bien sûr, car je veux que nous gagnions demain et c'est possible", a-t-il insisté. Mêlant savamment loyauté partisane et disponibilité personnelle, il s'est posé en "militant actif du rassemblement (de la gauche) et de la responsabilité collective". "Je n'ignore rien de votre malaise. Qui sera candidat? Le président peut-il se représenter ? Ces questions existent, vous en discutez", a-t-il ajouté selon Le Monde. "Il faut les résoudre et moi, comme Premier ministre, j'y prends ma part", a-t-il poursuivi.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour Manuel Valls, le livre sur François Hollande a "a provoqué un choc, un abattement chez les parlementaires" socialistes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-