Congrès du PS: la motion Cambadélis en tête

Auteur(s)
AZ
Publié le 22 mai 2015 - 09:42
Image
Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS.
Crédits
©Nicolas Messyasz/Sipa
La motion A de Jean-Christophe Cambadélis arriverait en tête, selon les résultats partiels.
©Nicolas Messyasz/Sipa
La motion A, du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, obtiendrait selon des résultats partiels un score supérieur à 60%. Celle défendue par Christian Paul, chef de file des frondeurs, arriverait quant à elle en 2e position.

C'est une majorité nette. Sans grande surprise, les militants ont largement choisi la motion du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, lors d'un vote, jeudi 21, censé déterminer la ligne du parti pour les mois à venir. La motion A obtiendrait ainsi, selon les résultats partiels, un score supérieur à 60%. Une bonne nouvelle pour le Premier ministre, Manuel Valls, et François Hollande dont la marche de manœuvre devrait être grandement facilitée pour la fin du quinquennat.

Suite à l'annonce des premiers résultats, Jean-Christophe Cambadélis a remercié les militants socialistes pour leur participation et "le choix sans appel à 60% pour la motion A", dans un tweet posté dans la nuit. Si ces résultats partiels semblent confirmer la victoire du premier secrétaire du PS, les résultats définitifs pourraient réserver encore plus de surprises. "La motion A a une majorité absolue et qui 'avère plus large que nous le pensions. Il est possible qu'elle obtienne plus de 60%", s'est quant à lui félicité le secrétaire national du PS aux élections, Christophe Borgel, quelques heures après la fin du vote des militants.

Porté par l'actuel secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, la motion A a été signée par la quasi-totalité des ministres et par Manuel Valls lui-même. Elle a également obtenu le soutien de la maire de Lille, Martine Aubry, de Jean-Marc Ayrault et de Claude Bartolone. Contrairement à ses "concurrents", Jean-Christophe Cambadélis souhaite que cette motion puisse amener à une "Nouvelle alliance populaire" avec d'autres formations de gauche.

Du côté de la motion B, défendue par tous les détracteurs socialistes de la politique économique du gouvernement Valls et menée par Christian Paul, elle n'atteindrait pas "les 30%", selon les résultats partiels, a déclaré Christophe Borgel.