Congrès - Macron reprend la formule polémique "d'état d'urgence économique et social" d'Hollande pour mieux le tacler

Congrès - Macron reprend la formule polémique "d'état d'urgence économique et social" d'Hollande pour mieux le tacler

Publié le 03/07/2017 à 17:44 - Mise à jour à 17:49
© Eric FEFERBERG / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Emmanuel Macron n'a pas été très tendre avec ses prédécesseurs à l'occasion de son allocution devant le Congrès ce lundi. Il a dénoncé un "aveuglement face à un état d'urgence qui est autant économique et social et sécuritaire", que François Hollande n'a pas su résorber.

Lors de son discours à Versailles, ce lundi 3, Emmanuel Macron a lancé quelques piques à ses prédécesseurs mais il n'a pas hésité à reprendre certaines formules, pour mieux les tancer. "Face au désordre du monde, face à une conjoncture économique incertaine et un chômage persistant, il y a aussi un état d'urgence économique et social à proclamer", avait proclamé François Hollande en janvier 2016 devant le Conseil économique, social et environnemental.

La formule a été reprise par l'actuel chef de l'Etat lors de son allocution au Parlement réuni en Congrès à Versailles. Le président de la République a dénoncé les "faux procès" qui lui sont fait depuis sont élection "S’agit-il de libéraliser le code du travail? On nous dira qu’il s’agit de répondre aux diktats de Bruxelles. S’agit-il de réduire nos dépenses publiques pour éviter que nos enfants paient le prix de nos renoncements? S’agit-il sortir de l’état d’urgence? On nous dira qu’on brade nos libertés face au terrorisme. Rien de tout cela n’est vrai". Par cette énumération, le président de la République souhaitait dénoncer un "déni de réalité", un "aveuglement face à un état d'urgence qui est autant économique et social et sécuritaire".

Plus d'un an et demi après le plan d'aide de deux milliards d'euros pour lutter contre le chômage mis en place par François Hollande, fort est de constater qu'Emmanuel Macron, pourtant son ministre de l'Economie de l'époque, n'a guère été convaincu par les mesures. A noter que le chef de l'Etat n'a pas hésité à dénoncer les "années immobiles et les années agités" qui ont précédé son mandat et qui ont affiché "des résultats décevants".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron a dénoncé un "aveuglement face à un état d'urgence qui est autant économique et social et sécuritaire".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-