Macron au Congrès: ce qu'il faut retenir du discours du président

Macron au Congrès: ce qu'il faut retenir du discours du président

Publié le 03/07/2017 à 18:38 - Mise à jour à 18:54
© Eric FEFERBERG / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Le chef de l'État a énuméré, entre autre, les réformes qu'il compte mener dans l'année à venir.

Le discours d'Emmanuel Macron devant la Parlement réuni à Versailles, ce lundi 3, était un moment emprunt de solennité dans une adresse aux parlementaires d'une heure et demi. Toutefois, le président de République en a également profité pour faire quelques annonces importantes. Ce qu'il faut retenir de son discours.

> L'état d'urgence -en vigueur depuis les attentats de novembre 2015- sera levé à "l'automne". "Je rétablirai les libertés des Français en levant l’état d’urgence à l’automne, parce que ces libertés sont la condition de l’existence d’une démocratie forte", a déclaré le chef de l'Etat. Le président a aussi ajouté que le Parlement serait appelé à voter des mesures nouvelles pour lutter contre le terrorisme.

> Emmanuel Macron a confirmé un certain nombre de promesses de campagne comme la réduction d'un tiers du nombre de parlementaires qui s'étendra, a-t-il précisé, aux "trois chambres": l'Assemblée, le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental (qui devrait aussi être réformé). "Un Parlement moins nombreux, mais renforcé dans ses moyens, c’est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s’entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux. C’est un Parlement qui travaille mieux", a-t-il expliqué.

> Confirmée aussi, l'introduction d'une "dose de proportionnelle" qui doit, selon Emmanuel Macron, permettre à "toutes les sensibilités" d'être représentées mais dont les modalités restent à préciser tout comme celles de la limitation "dans le temps" du nombre de mandats parlementaires.

> "Sachons mettre un terme à la prolifération législative", a souligné le chef de l'Etat. Il a insisté sur l’importance pour le Parlement de "réserver de (son) temps au contrôle et à l’évaluation" et souhaite une "évaluation complète", notamment des textes "sur le dialogue social" ou "encore sur la lutte contre le terrorisme", dans les deux ans après leur mise en application. Il a également évoqué la possibilité que des lois "plus anciennes" soient également concernées. Le chef de l'Etat a enfin évoqué la possibilité que certains textes soient "votés en commisssion".

> Emmanuel Macron souhaite supprimer la Cour de Justice de la République, estimant que "les ministres doivent devenir comptables des actes accomplis dans leurs fonctions ordinaires". En effet, il a estimé que "nos concitoyens ne comprennent plus que seuls les ministres pourraient disposer d’une juridiction d’exception".

> "Tous les ans, je reviendrai devant vous pour vous rendre compte", a déclaré Emmanuel Macron, entérinant ainsi sa volonté de réunir annuellement le Parlement en Congrès.

> Plus vague, le président a annoncé sa volonté de réviser le droit de pétition. "Je souhaite que le droit de pétition soit revu afin que l'expression directe de nos concitoyens soit mieux prise en compte et que les propositions des Français puissent être présentées à la représentation nationale", a-t-il expliqué.

> Autre volonté du chef de l'Etat, "réformer en profondeur le droit d'asile", qui est "débordé de toutes parts", pour arriver à un "traitement humain et juste" des demandes des futurs réfugiés.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron a profité du Congrès pour faire annoncer des réformes institutionnelles.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-