Corse: le sénateur PRG Joseph Castelli mis en examen pour corruption

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Corse: le sénateur PRG Joseph Castelli mis en examen pour corruption

Publié le 28/01/2016 à 15:53 - Mise à jour à 15:59
©Pascal Pochard-Casabianca/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le sénateur PRG de Haute-Corse Joseph Castelli, en garde à vue depuis mardi, a été mis en examen ce jeudi à Bastia. Il est soupçonné par la justice d'avoir détourné des fonds publics à son usage personnel.

Le sénateur PRG de Haute-Corse Joseph Castelli a été mis en examen ce jeudi 28 à Bastia pour recel d'abus de biens sociaux et corruption, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Jospeh Castelli, 67 ans, était en garde à vue depuis mardi 26 dans le cadre d'une enquête sur l'acquisition d'une maison à Folelli, au sud de Bastia, et des travaux qui y ont été effectués. Soupçonné par la justice d'avoir détourné des fonds publics, il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire contre le paiement d'une caution de 200.000 euros.

Le sénateur avait été placé en garde à vue mardi, de même que son épouse et trois entrepreneurs de BTP, au commissariat de police de Bastia où il était interrogé par des enquêteurs de la police judiciaire. Mme Castelli et les trois chefs d'entreprise devaient être entendus ce jeudi après-midi par un magistrat instructeur du pôle économique et financier.

L'enquête vise à déterminer les conditions d'acquisition et financement des travaux dans la demeure de M. Castelli, alors qu'il présidait le Conseil général de Haute-Corse de 2010 à 2014. Elle avait été ouverte sur commission rogatoire du juge d'instruction Thomas Meindl du pôle économique et financier de Bastia.

Le bureau du Sénat avait levé en octobre 2015 l'immunité parlementaire de M. Castelli, à la demande de celui-ci. Une telle mesure est très rare.

Commerçant à la retraite, il avait été élu à la Haute Assemblée en 2014. Né en 1948 dans le village de Penta-di-Casinca (Haute-Corse), M. Castelli a d'abord été premier adjoint de cette commune, en 1977. Il a ensuite été élu, en 1982, conseiller général du canton de Vescovato et maire de Penta-di-Casinca, mandat qu'il a rempli jusqu'en 2010.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Joseph Castelli a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire contre le paiement d'une caution de 200.000 euros.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-