Corse: visite tendue pour Manuel Valls sur l'île de Beauté

Corse: visite tendue pour Manuel Valls sur l'île de Beauté

Publié le 04/07/2016 à 07:03 - Mise à jour à 07:06
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls effectue lundi sa première visite en tant que Premier ministre en Corse, où les dirigeants nationalistes de l'exécutif de l'île comptent mettre sur la table les points sensibles, de l'amnistie des "prisonniers politiques" au statut de la langue corse.

S'il s'était rendu à plusieurs reprises dans l'île en tant que ministre de l'Intérieur, c'est le premier déplacement de M. Valls, qui entretient des rapports parfois tendus avec le camp "natio", depuis qu'il est à Matignon. C'est aussi la première visite de très haut niveau --président ou Premier ministre-- depuis la victoire des nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni aux élections régionales de décembre 2015.

Cette victoire électorale inédite avait débouché sur un entretien des deux hommes avec Manuel Valls à Matignon, dont le fruit avait été la création de trois groupes de travail, consacrés respectivement à "l’avenir et au développement de la langue corse", à la "lutte contre la spéculation foncière et la fiscalité" et à la mise en place de la "collectivité unique" prévue au 1er janvier 2018, qui doit entraîner la fusion des deux départements avec l'organe régional.

"Ce déplacement sera l’occasion de présenter les principales propositions du gouvernement issues des trois groupes de travail", a fait savoir Matignon.

Point d'orgue du déplacement: le discours du Premier ministre, après ceux des leaders nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, devant l'Assemblée de Corse.

Alors que les nationalistes réclament une "amnistie" pour les "prisonniers politiques" corses, Manuel Valls a répliqué en assurant que les règles de rapprochement "s'appliquent". A l'exception du "commando Erignac" ayant tué le préfet de Corse en 1998, qu'il assume de garder en prison sur le continent.

Sur la langue corse, la revendication d'une "co-officialité" avec le français n'a pas de chance d'aboutir, l'exécutif ayant été très clair dans son refus. Mais les nationalistes pensent obtenir gain de cause a minima sur la création d'une agrégation de corse.

Au surlendemain du décès de Michel Rocard, la visite devrait être l'occasion de nouveaux hommages à l'ancien Premier ministre, salué comme un "ami de la Corse" dès samedi soir par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni.

Lorsqu'il était à Matignon, Michel Rocard avait chapeauté avec son ministre Pierre Joxe une nouvelle loi sur le statut de la Corse en 1991, qui créait la "collectivité territoriale de Corse". Le Conseil constitutionnel avait d'ailleurs censuré à l'époque l'usage dans la loi du terme "peuple corse" au motif que la Constitution "ne connaît que le peuple français".

Ce point suscite encore la controverse: "il n’y a qu’une seule nation, la nation française. Il est hors de question de revenir là-dessus", avait affirmé fin décembre M. Valls, ancien conseiller de M. Rocard. Au même moment, M. Talamoni avait fait polémique en qualifiant la France de "pays ami".

Manuel Valls sera accompagné de plusieurs ministres, notamment Jean-Michel Baylet (Collectivités territoriales), Audrey Azoulay (Culture), Stéphane Le Foll (Agriculture), Christian Eckert (Budget), Emmanuelle Cosse (Logement) et Najat Valaud-Belkacem (Education).

Après son discours devant l'Assemblée de Corse à Ajaccio, il doit se rendre dans l'après-midi à Bastia, puis au cap Corse.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls effectue lundi sa première visite en tant que Premier ministre en Corse, où les dirigeants nationalistes de l'exécutif de l'île comptent mettre sur la table les points sensibles.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-