Creuse: les salariés de GM&S menacent de faire sauter leur usine

Creuse: les salariés de GM&S menacent de faire sauter leur usine

Publié le 11/05/2017 à 14:46 - Mise à jour à 15:08
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les salariés de l'usine GM&S de La Souterraine (Creuse) ont menacé ce jeudi 11 de faire exploser le site avec des bonbonnes de gaz. Menacés par un redressement judiciaire, les salariés occupent les lieux et ont déjà commencé à détruire certaines de leurs machines. Ils en appellent à leur principaux clients PSA et Renault ainsi qu'à Emmanuel Macron.

Menace en l'air, "intox" ou geste désespéré, difficile de dire ce jeudi à la mi-journée si un vrai risque d'explosion plane sur l'usine GM&S de La Souterraine, dans la Creuse. Mais les salariés affirment en tout cas avoir piégé les lieux avec des bonbonnes de gaz et menace de faire sauter l'installation, rapporte franceinfo.

Ces salariés occupent l'usine, qui fabrique notamment des pièces de voitures comme sous-traitant pour PSA et Renault, face à la menace qui pèse sur leurs emplois. Le site est en effet en redressement judiciaire depuis décembre 2016. Il reste désormais moins de deux semaines pour trouver un repreneur avant la date butoir du 23 mai.

Ils avaient déjà fait part de leur intention d'occuper le site 24 heures sur 24 et de détruire des machines chaque jour, menace qu'ils auraient déjà mise à exécution selon La Montagne en démolissant un outil d'emboutissage produisant des pièces pour PSA, d'une valeur de 250.000 euros.

Les salariés souhaitent également poursuivre en justice les deux géants français de l'automobile, leurs principaux clients, qu'ils accusent d'être en partie responsables de cette situation. Ils avaient déjà manifesté devant leurs boutiques des Champs-Elysées fin avril. Deux mois auparavant, ils recevaient le soutien de Bernard Cazeneuve.

Au micro de franceinfo, le délégué syndicale CGT de l'usine se dit "ouvert à la discussion" et envisage un déplacement à Paris notamment pour "sensibiliser le nouveau président de la République". Selon lui, Emmanuel Macron "ne peut pas dire qu'il n'est pas au courant, car nous avions eu des échanges avec son cabinet lorsqu'il était au gouvernement, et, plus récemment, nous lui avons remis un dossier en main propre".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les salariés de GM&S reprochent à Renault et Peugeot d'être en partie responsable de leur situation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-