Culte musulman: la question du financement agite la classe politique

Culte musulman: la question du financement agite la classe politique

Publié le 02/08/2016 à 12:30 - Mise à jour à 12:38
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La question du financement du culte musulman, aujourd'hui jugé insuffisamment transparent, continue à agiter la classe politique, après une nouvelle tribune de Manuel Valls dans Libération, où le Premier ministre n'exclut pas "une forme de financement public".

Manuel Valls, qui s'était dit vendredi 29 dans le journal Le Monde "favorable" à une interdiction temporaire du financement étranger des mosquées, avait appelé dimanche 31 dans le JDD à "reconstruire une capacité de financement française".

"Toucher à la loi de 1905 (séparation des Eglises et de l'Etat, ndlr) ouvrirait un débat très périlleux mais nous devons passer en revue toutes les solutions, sans nous interdire une forme de financement public (...)", déclare-t-il ce mardi 2 dans Libération, une semaine après l'assassinat du père Hamel dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray.

De source proche du Premier ministre, on précise qu'il s'agit d'"examiner les possibilités" de financement dans le seul cadre de la loi de 1905, qui interdit à l'Etat et aux collectivités locales de subventionner des activités cultuelles.

"Manuel Valls a capitulé. Lorsqu'il appelle aujourd'hui à des financements publics, c'est extrêmement grave!", s'est indigné Hervé Mariton (Les Républicains), candidat à la primaire de la droite, sur Europe 1. "Nous avons hélas vécu des années de compromission où (...) des municipalités de gauche et de droite finançaient en réalité des lieux de culte. C'est au fond une sorte de reconnaissance d'une situation communautariste et l'abandon d'une exigence très forte d'intégration à la française", a-t-il ajouté.

Le député juppéiste Benoist Apparu (LR) a quant à lui jugé sur LCI que le financement des mosquées sur des deniers publics était "une mauvaise idée".

A gauche, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, candidat de "la France insoumise" à la présidentielle, est lui aussi monté au créneau, sur RMC, contre la piste d'un financement public. "Ce sont les fidèles qui doivent financer le culte, quel que soit le culte", a-t-il estimé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La question du financement du culte musulman, aujourd'hui jugé insuffisamment transparent, continue à agiter la classe politique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-