Débat de la primaire à droite: Sarkozy juge "indigne" une question sur Takieddine et le financment libyen

Débat de la primaire à droite: Sarkozy juge "indigne" une question sur Takieddine et le financment libyen

Publié le 17/11/2016 à 22:35
©LionelBonaventure/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Interrogé sur les révélations de "Mediapart", sur les accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, lors du troisième débat télévisé de la primaire de la droite sur France 2, Nicolas Sarkozy a qualifié la question "d'indigne".

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a jugé ce jeudi 17 "indigne" une question du journaliste David Pujadas sur les accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, lors du troisième débat télévisé de la primaire de la droite sur France 2.

"Quelle indignité!", a lancé Nicolas Sarkozy. "Nous sommes sur le service public, vous n'avez pas honte? Vous n'avez pas honte de donner écho à un homme qui a fait de la prison, qui a été condamné à d'innombrables reprises pour diffamation et qui est un menteur?", a-t-il demandé.

Mardi matin, dans un entretien diffusé par Mediapart, l'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine, mis en examen dans le dossier Karachi, assurait avoir transporté fin 2006-début 2007 entre la Libye et la France trois valises contenant cinq millions d'euros en espèces. Des fonds qu'il dit avoir remis une fois à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur et candidat, et les deux autres fois à son directeur de cabinet de l'époque, Claude Guéant.

Depuis lors, le sulfureux homme d'affaires a été entendu, mardi et jeudi, en audition libre par les enquêteurs de l'office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff) à Nanterre. Il a "confirmé" devant les enquêteurs avoir remis des valises d'espèces à Nicolas Sarkozy et son camp avant la présidentielle de 2007, sans toutefois prouver que l'argent était destiné au financement de la campagne.

L'ancien chef de l'Etat a opposé mercredi un démenti formel à ces accusations, dénonçant "une manœuvre nauséabonde pour interférer dans la primaire de la droite et du centre" en vue de la présidentielle de 2017 à quelques jours du premier tour de la primaire.

Début septembre, une crise avait secoué France 2 pour savoir s'il fallait diffuser avant ou après la primaire de la droite un documentaire sur l'affaire Bygmalion dans laquelle Nicolas Sarkozy est mis en examen, et pour laquelle le parquet a demandé son renvoi en procès.

Autre candidat, Bruno Le Maire avait indiqué ce jeudi matin que les accusations de M. Takieddine n'avaient pas à être abordées jeudi soir dans l'ultime débat télévisé avant le premier tour de la primaire.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a jugé ce jeudi 17 "indigne" une question du journaliste David Pujadas sur les accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-