Déchéance de nationalité: Hollande revient sur son (in)utilité

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 06 avril 2016 - 18:36
Image
François Hollande.
Crédits
©Stéphane de Sakutin/AFP
"Ce n'est pas en enlevant la nationalité que l'on peut combattre le terrorisme", a déclaré François Hollande.
©Stéphane de Sakutin/AFP
Dans une interview accordée au quotidien allemand "Bild" parue ce mercredi, François Hollande revient sur la radicalisation mais aussi la déchéance de nationalité après l'échec de son inscription à la Constitution.

Quelques jours après avoir abandonné le projet de réforme constitutionnelle et notamment la controversée déchéance de nationalité, François Hollande revient sur le sujet dans un entretien au quotidien allemand Bild paru ce mercredi 6. Et le président de la République minimise l'intérêt de la mesure qu'il avait annoncé devant le Congrès le 16 novembre dernier.

"Ce n'est pas en enlevant la nationalité que l'on peut combattre le terrorisme", a-t-il lâché. Certes, personne n'avait vraiment cru que la menace de perdre la nationalité française ferait renoncer les kamikazes de Daech. C'est d'ailleurs l'un des reproches récurrents qui a été fait lors de ce débat. Manuel Valls lui-même n'avait cessé de rappeler que cette mesure était importante mais purement "symbolique".

En revanche François Hollande, plus en retrait face à la polémique, n'avait pas été si loin sur le sujet. Maintenant le projet de réforme enterré, c'est chose faite, après quatre mois de débats enflammés et finalement stériles qui ont suivi les attentats les plus meurtriers que la France a connus.

"Comment admettre qu'un Français puisse tuer d'autres Français parce qu'ils sont Français?", a-t-il soulevé. Et d'ajouter: "C'est sans doute l'interrogation la plus lourde, la plus terrible. Savoir que ce sont des Français, nés en France, qui ont pu commettre ces actes. Ils ont été élevés dans nos villes, scolarisés dans nos écoles, et dans un délai très court, ils sont passés de la délinquance à la radicalisation, puis à l'attaque terroriste".

Face à la radicalisation, le chef de l'Etat veut "lutter contre (ses) racines mêmes (...) que ce soit sur Internet, dans les mosquées ou dans les lieux publics" ainsi que contre "les ghettos et la discrimination".

"Nous sommes tous concernés" par la radicalisation, a déclaré François Hollande. "Les familles musulmanes sont les plus touchées, mais il y a aussi des convertis. Deux mille Français sont allés ou sont encore en Syrie pour faire le djihad. (...) Donc il faut avoir une vigilance absolue face à ces embrigadements, ces endoctrinements, ces envoûtements...". Enfin, le président français François Hollande a jugé "insupportable" le retard pris par l'Europe pour le fichage des djihadistes.

 

À LIRE AUSSI

Image
Manuel Valls.
Déchéance: Valls et Le Foll renvoient la "droite sénatoriale" à Abdeslam
Manuel Valls déploré mercredi l'"incapacité" de la droite et de la gauche à se rassembler sur la réforme constitutionnelle, disant "regrette(r) amèrement" que la droit...
31 mars 2016 - 16:47
Politique
Image
François Hollande.
Défense: Hollande va créer 800 postes en trois ans
François Hollande a décidé ce mercredi de renforcer les effectifs de la Défense. Le chef de l'Etat a annoncé la création de 800 postes supplémentaires au cours des tro...
06 avril 2016 - 18:02
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don