Déchéance de nationalité: Nicolas Sarkozy contre l'extension à tous les Français

Déchéance de nationalité: Nicolas Sarkozy contre l'extension à tous les Français

Publié le 06/01/2016 à 13:46 - Mise à jour à 13:48
©Patrick Hertzog/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le parti Les Républicains a tenu ce mercredi un bureau politique sur la question de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France. Le président du parti Nicolas Sarkozy y a posé ses conditions et s'oppose à son extension à tous les Français.

Nicolas Sarkozy s'est déclaré opposé à l'extension de la déchéance de nationalité à tous les Français, pour ne pas créer des apatrides, selon des participants au bureau politique du parti mercredi. Le bureau politique s'est au final prononcé en faveur de la révision constitutionnelle mais sous certaines conditions.

Sur cinquante-et-un présents, cinq membres du BP ont voté contre : Nathalie Kosciusko-Morizet, Patrick Devedjian, Hervé Mariton, Benoist Apparu et Edouard Philippe. Il y a eu deux abstentions: Gérard Longuet, Rachida Dati.

Le texte soumis au vote par Nicolas Sarkozy pose certaines conditions, notamment l'extension de la déchéance de nationalité aux "délits de terrorisme" et non aux seuls crimes. En fait, l'article 25 du code civil sur la déchéance de nationalité concerne les crimes et les délits mais le projet gouvernemental, après des réserves du Conseil d'Etat, n'a pas retenu les délits pour la déchéance des binationaux nés français.

Les Républicains veulent aussi connaître le calendrier d'application et ses conditions (présenter la loi d'application en même temps que la révision constitutionnelle), élargir les possibilités de pose du bracelet électronique par décision administrative. Nicolas Sarkozy veut également faire une "demande solennelle" de commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015.

"Cela permet de ne pas tomber dans le piège, de ne pas voter en se bouchant le nez mais au contraire en faisant des propositions pour aller plus loin", a expliqué, selon des participants, Nicolas Sarkozy, qui demande également que "la déchéance prenne effet dès le prononcé de la peine, et pas à l'issue de la peine" et qu'elle soit "couplée avec l'expulsion".

Alain Juppé a rappelé sa position sur l'inefficacité de la déchéance. "Mais il a dit qu'il était néanmoins d'accord sur tout avec Nicolas Sarkozy, sauf sur l'extension aux délits", ont rapporté les sources.

Jean-François Copé est également en désaccord avec l'extension de la déchéance de nationalité aux délits de terrorisme. "Il craint qu'on ait l'air de mettre des conditions pour ne pas voter" la révision constitutionnelle.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nicolas Sarkozy semble favorable à la réforme constitutionnelle sur la déchéance de nationalité, mais à certaines conditions.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-