Déchéance de nationalité: Valls déplore des "faux débats"

Déchéance de nationalité: Valls déplore des "faux débats"

Publié le 06/01/2016 à 16:06 - Mise à jour à 16:17
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Accusé jusque dans son camp de faire le jeu de l'extrême droite en portant la déchéance de nationalité, Manuel Valls entend "remettre les choses à leur place". "Tous Français!", proclame-t-il dans une tribune à paraître dans "L'Obs", et de se montrer tranchant face à ses détracteurs de gauche.

Manuel Valls a déploré ce mercredi 6 les "faux débats" autour de la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour crimes terroristes, en défendant une mesure d'"une grande portée symbolique" qui "ne porte pas atteinte au droit du sol, ni à la binationalité".

Dans une tribune intitulée "Tous Français!", à paraître dans L'Obs et publiée mercredi par l'hebdomadaire sur son site internet, le Premier ministre défend à nouveau cette mesure que l'exécutif veut inscrire dans la Constitution après les tueries du 13 novembre, mais qui divise profondément la gauche. "Pour cette question comme pour d’autres, il peut y avoir des débats. Ils sont légitimes. Mais je n’accepte pas qu’il y ait de faux débats, fondés sur des allégations trompeuses", écrit le chef du gouvernement.

"Il faut remettre les choses à leur place. La déchéance de nationalité ne porte pas atteinte au droit du sol, ni à la binationalité. Elle vise exclusivement des terroristes, condamnés pour crime; des Français qui ont fait le choix de frapper des Français", plaide-t-il, en réponse aux critiques sur des entorses à la politique française en matière de nationalité.

Le Premier ministre répond aussi à ceux qui soulignent que le régime de Vichy a pratiqué en masse la déchéance de nationalité à l'encontre de Français de confession juive ou de résistants, général de Gaulle compris. La mesure est "bien loin des idées du régime du Vichy ou de l'extrême droite", selon M. Valls, qui souligne que le premier recours à cette procédure, instauré en 1848 lors de l'abolition de l'esclavage, visait les esclavagistes.

La déchéance "rappelle qu’être français, binational ou pas, naturalisé ou de naissance, par le sang ou par le sol, c’est partager les mêmes valeurs, une même espérance, se retrouver dans l’épreuve et dans les souffrances. Comment, dès lors, ceux qui combattent nos valeurs en s’enrôlant dans une armée terroriste et provoquent les plus grandes souffrances pourraient-ils le rester?", plaide le Premier ministre.

Plus largement, Manuel Valls défend dans sa tribune l'action du gouvernement à la suite des attentats et juge que "la gauche doit assumer cette idée de Nation, et donc les piliers qui la fondent: la nationalité, le patriotisme, nos frontières", même si ces dernières ne sont pas des "barricades".

Selon lui, un "patriotisme nouveau" s’est exprimé après les attentats de novembre: "un patriotisme qui, parce qu’il se fonde non pas sur l’origine, mais sur l’adhésion à un projet qui dépasse très largement les aspirations personnelles, permet à notre Nation de s’enrichir de sa diversité sans jamais perdre de vue ce qu’elle est".

Le Premier ministre confirme aussi au passage l'ouverture prochaine d'un premier "centre de suivi des jeunes radicalisés", avant "d’autres ouvertures sur tout le territoire". Et il affiche son souhait d'"aller plus loin" en 2016 en matière de lutte contre le terrorisme, "d'abord au niveau européen", "la bonne échelle pour organiser notre réponse".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"La gauche doit assumer cette idée de Nation, et donc les piliers qui la fondent: la nationalité, le patriotisme, nos frontières", écrit Manuel Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-