Défaut de permis: "la sanction est immédiate et plus importante" dit Taubira

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Défaut de permis: "la sanction est immédiate et plus importante" dit Taubira

Publié le 31/07/2015 à 08:55 - Mise à jour à 09:10
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Christiane Taubira était l'invitée de France Inter ce vendredi matin. La garde des Sceaux s'est longuement expliquée sur son projet de loi de réforme du permis de conduire dont le défaut ne constituerait plus un délit pour la première infraction.

Conduire sans permis pourrait ne plus être un délit

"Ce n'est une banalisation de l'infraction, c'est l'une des multiples dispositions contenues dans ce texte de loi. Ce n'est plus un délit pour la première infraction mais cela le devient dès la deuxième. Il s'agit d'être plus efficace, rapide et plus juste".

"La réalité c'est que plus de 70% de ces infractions ne sont pas jugées en juridiction correctionnelle mais par ordonnance pénale avec des délais qui vont entre 10 et 14 mois. Nous constatons une très grande disparité dans les montants des amendes sur le territoire, entre 250 et 400 euros".

"Nous avons décidé de forfaitiser l'amende à 500 euros, majorée à 700".

"Cela permettra à la police et à la gendarmerie de dégager du temps pour faire de la prévention, car c'est ça qui est efficace".

"Ce gouvernement n'est pas insensible aux victimes, bien au contraire. Nous avons augmenté le budget alloués aux victimes d'accidents de la route de 65%. Le gouvernement précédent qui ne parlait que +des victimes, des victimes, des victimes+ l'avait baissé".

"C'est un travail sérieux qui rend plus efficace la sanction".

"Ce n'est pas une incitation. La sanction est immédiate et plus importante que ce qui se fait aujourd'hui et sanctionne tout le monde de la même façon sans effets d'aubaine sur certaines parties du territoire".

"Cette mesure mérite d'être expliquée et décryptée, pas juste des anathèmes et des procès d'intention sur l'irresponsabilité et le laxisme".

"J'étais moi-même réticente à cette mesure au début mais il faut bien se rendre compte qu'une ordonnance pénale (qui représente 70% du traitement des défauts de permis, NDLR), c'est déjà uniquement une amende".

"Si l'accessibilité sociale n'est pas établie, nous en tirerons tous les enseignements".

"Dès la deuxième infraction, on risque jusqu'à trois ans de prison et 15.000 euros d'amendes".

 

Projet de loi pour rénover la justice, plus protectrice et plus accessible

"Nous avons déjà expérimenté et nous le consolidons dans la loi, le service d'accueil unique de la justice. La réforme de la carte judiciaire de 2008 créait des déserts judiciaires, nous avons réparé la plupart de ces torts. Nous allons plus loin, nous permettons que n'importe quel citoyen qui a besoin de la justice puisse effectuer toutes ses démarches dans le site judiciaire le plus proche de chez lui".

"Par exemple si une personne souhaite une décision de justice pour une garde d'enfants qui relève du tribunal de grande instance, elle pourra faire les démarches dans un tribunal d'instance ou un conseil des prud'hommes".

 

Baisse du nombre de détenus dans les prisons françaises, critiques de la droite

"Ce n'est pas d'aujourd'hui que nous savons que la droite fait de la caricature, cela fait trois ans que nous le savons. Elle courre les plateaux et les studios mais par contre le jour du débat sur la réforme pénale à l'Assemblée, elle était absente, il y avait trois députés dans l'hémicycle et ils n'ont pas mené de bataille sur le fond".

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Christiane Taubira sur France Inter: "le gouvernement n'est pas insensible aux victimes, bien au contraire".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-