Délit d'entrave à l'IVG: "un accident qui se vit bien" selon Maréchal-Le Pen

Délit d'entrave à l'IVG: "un accident qui se vit bien" selon Maréchal-Le Pen

Publié le 26/01/2017 à 15:52 - Mise à jour à 15:53
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Marion Maréchal-Le Pen s'est comme "un accident qui se vit bien" en plein débat contre l'extension du délit d'entrave à l'IVG ce jeudi à l'Assemblée. Elle a accusé une ministre d'être "la honte du combat des femmes".

La députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen s'est élevée ce jeudi 26 contre l'extension du délit d'entrave à l'IVG, en se décrivant comme "un accident qui se vit bien" et en accusant une ministre d'être "la honte du combat des femmes". "Ne vous en déplaise - et je me permets cette impudeur parce qu'elle est de notoriété publique - vous avez devant vous un accident qui se vit bien", a lancé Mme Maréchal-Le Pen dans l'hémicycle à l'occasion des débats sur une proposition de loi socialiste.

L'élue FN réagissait à des propos de la présidente de la commission des Affaires sociales Catherine Lemorton (PS), qui avait évoqué le cas des enfants pouvant entendre par exemple de leurs parents : "ce dernier est un accident". "Serait-il possible de m'éclairer quand vous expliquez qu'un enfant souffre que des parents puissent parler de lui comme d'un accident? Que suggérez-vous? Qu'il eût mieux valu qu'il fut avorté?", a riposté Mme Maréchal-Le Pen, fille biologique du journaliste et diplomate français Roger Auque, mais élevée par Samuel Maréchal.

L'élue de 27 ans, nièce de la présidente du FN Marine Le Pen, a également fustigé les députées de la majorité, des "féministes ringardes" et "dinosaures politiques d'un temps soixante-huitard révolu". "Personne aujourd'hui dans le spectre politique ne menace la légalité de l'avortement ou son libre accès", a-t-elle affirmé, après avoir suggéré il y a quelques semaines de limiter le remboursement de l'interruption volontaire de grossesse.

La proposition de loi examinée, qui vise à pénaliser les sites de "désinformation" sur l'IVG, est un texte "contre les femmes et contre la liberté d'expression", a ajouté la députée, à l'unisson des critiques des députés LR présents dans l'hémicycle. Pour elle, "beaucoup de femmes avortent pour des raisons économiques". "Vous êtes la honte du combat des femmes, obsédée par la couleur du cartable, le sexisme de la grammaire, le jouet rose des Kinder, la répartition du temps de vaisselle dans le couple", a-t-elle aussi lancé à la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.

Son intervention a déclenché des protestations sur les bancs de la gauche.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'élue de 27 ans, nièce de la présidente du FN Marine Le Pen, a également fustigé les députées de la majorité, des "féministes ringardes" et "dinosaures politiques d'un temps soixante-huitard révolu".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-