Des migrants de Calais installés dans un centre d'accueil temporaire en Bourgogne

Des migrants de Calais installés dans un centre d'accueil temporaire en Bourgogne

Publié le 28/02/2015 à 13:26 - Mise à jour à 16:13
©fourthandfifteen/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RT
-A +A

Une soixantaine de migrants originaires d’Afrique qui vivaient à Calais ont élu domicile dans la caserne de gendarmerie de la commune de Pouily-en-Auxois (Côte d’Or). Cette reconversion en centre d’accueil a été décidée par le ministère de l’Intérieur qui souhaite "désengorger Calais".

Ils cherchaient à atteindre l’Angleterre, ils ont atterri en Bourgogne. Depuis deux semaines, une soixantaine de migrants originaires d’Afrique de l’Est et demandeurs d'asile qui vivaient à Calais dans des conditions insalubres ont élu domicile dans la caserne de gendarmerie de la commune de Pouily-en-Auxois (Côte d’Or). Cette reconversion en centre d’accueil a été décidée par le ministère de l’Intérieur, qui souhaite répartir les migrants en dehors de Calais.

"Pour désengorger Calais de ses quelque 2.500 migrants, le ministère de l’Intérieur a demandé à différents opérateurs de logement social de chercher des centres d’accueil. Le bailleur social Adoma a signé un bail de 18 mois pour accueillir jusqu’à 60 migrants dans cette caserne des gendarmes, un bâtiment des années 1960 vacant depuis plusieurs mois", explique la sous-préfète de Beaune, Anne Frackowiak-Jacobs. Une vingtaine de départements seraient concernés par cette "répartition" des migrants.

Apprenant que sa petite commune de 1.600 habitants allait devoir accueillir une soixantaine de migrants, Bernard Milloir, maire de Pouillix-en-Auxois, s'est de prime abord trouvé très inquiet. "On m’a dit que ce seraient 60 personnes. Je ne savais pas du tout quel profil elles auraient. Est-ce que ce seraient des familles? Auquel cas, il aurait fallu se poser la question de la scolarisation des enfants", témoigne-t-il. Annoncée quelques jours après les attentats de Paris, la nouvelle a également fortement déplu à de nombreux habitants de Pouilly-en-Auxois.

"Au début, la population était extrêmement méfiante, surtout par méconnaissance du statut de demandeur d'asile. Il y a eu quelques réactions nauséabondes, des tracts où il était écrit +on vit bien ensemble sans eux+”, raconte Anne Frackowiak-Jacobs. "Les informations alarmantes sur les heurts avec les migrants à Calais n'ont pas rassuré la population. J'ai reçu des insultes, des lettres anonymes où l'on me traite de c… de maire, un mail injurieux. J'ai même déposé une plainte", confie également Bernard Milloir qui a finalement pris "le parti de regarder et d’expliquer les choses de manière humaniste. Ce sont des gens qui sont dans la souffrance".

Mais aujourd’hui, près d'un mois après l'arrivée des migrants, la situation semble s’être apaisée. "Les migrants se promènent en ville sans problème. Il ne faut pas oublier que ce sont des demandeurs d'asile, ils veulent apprendre le français, certains sont francophones et le parlent déjà. Il y a même un Soudanais qui peut citer Voltaire", s'amuse Anne Frackowiak-Jacobs.

Arrivés "très fatigués" et "par moins 6°C en polo, sans valise" pour l'un d'entre eux, les migrants connaissent à Pouilly-en-Auxois des conditions de vie bien meilleures qu’à Calais. "Ils sont accompagnés dans leurs démarches par Adoma. Cinq d'entre eux ont obtenu le statut de réfugié et doivent quitter le centre d'ici à trois mois. Ceux qui sont déboutés devront également partir", indique la sous-préfète de Beaune.

Quant à savoir combien de temps la commune de Pouilly-en-Auxois jouera le rôle de terre d'accueil, son maire l'ignore encore."Nous ne savons pas si le bail de 18 mois sera renouvelé et si ce dispositif d'accueil temporaire service asile va se prolonger", déclare Bernard Milloir.

 

 

Auteur(s): RT

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Depuis quelques semaines, la commune de Pouilly-en-Auxois, en Bourgogne, accueille des migrants de Calais.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-