"Déviances des mœurs": la phrase de Monseigneur Vingt-Trois choque

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Déviances des mœurs": la phrase de Monseigneur Vingt-Trois choque

Publié le 28/07/2016 à 17:51 - Mise à jour à 18:01
©Lionel Bonaventure/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dans son sermon lors de la messe en hommage aux victimes de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, l'archevêque de Paris André Vingt-Trois a évoqué "les déviances des mœurs" et leur "légalisation". Des propos interprétés comme visant la communauté homosexuelle qui ont déclenché la polémique.

"Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation de ces déviances": une phrase de l'homélie du cardinal André Vingt-Trois lors de la messe à Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre égorgé suscitait jeudi des remous sur les réseaux sociaux.

Dans son sermon fleuve lu mercredi soir devant les principaux responsables politiques du pays, l'archevêque de Paris s'est élevé contre les "peurs" et "silences" de la société française. "C'est sur cette inquiétude latente que l'horreur des attentats aveugles vient ajouter ses menaces", a-t-il dit.

Une phrase de son homélie, qui avait été largement "live-tweetée" par le diocèse de Paris, a créé la polémique: "Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation de ces déviances". Des twittos indignés y ont vu une allusion, jugée particulièrement déplacée vu la circonstance, au mariage homosexuel, dont le cardinal Vingt-Trois a été l'un des opposants les plus actifs au sein de l'épiscopat avant l'adoption de la loi Taubira en 2013.

L'entourage de l'archevêque a assuré à l'AFP que "cette formule visait un ensemble de mesures relatives à la bioéthique, au début et à la fin de vie, à la famille, et se voulait bien plus globale et générale que la question du mariage homosexuel". Devant l'avalanche de commentaires, le diocèse a supprimé le tweet mis en cause en fin de soirée "dans un souci d'apaisement", a dit l'archevêché, tout en reconnaissant que sa suppression, qui a nourri la polémique plutôt que d'y mettre fin, était "une erreur".

Plusieurs responsables politiques ont condamné la phrase du cardinal sur Twitter. Corinne Narassiguin, porte-parole du PS, s'est dite "effarée" tandis que la sénatrice EELV Esther Benbassa fustigeait une "phrase indigne".

"C'est effectivement un tweet d'une violence inouïe. Courage, le combat continue contre les discriminations", a dit sur le même réseau social l'ancienne ministre de droite Roselyne Bachelot. Elle répondait à un tweet de l'élu parisien apparenté PS Jean-Luc Roméro qui venait d'écrire: "Je n'ose imaginer que Mgr Vingt-Trois pense aux gays & au mariage pour tous ... Cela mériterait vraiment clarification".

L'association féministe et LGBT Les Effronté-e-s s'est aussi dite "scandalisée par cet acharnement contre les personnes homosexuelles". "Quelques semaines à peine après le massacre d'Orlando, des personnalités publiques qui se targuent de défendre des valeurs d'humanité et d'amour nous resservent la théorie selon laquelle les homosexuel-les sont, non pas victimes, mais coupables des malheurs du monde", s'indigne-t-elle dans un communiqué.

"Cette polémique est la parfaite illustration de ce qu'a voulu dire le cardinal: on entend des indignations qui finalement font beaucoup de bruit, alors que si on prenait un peu de recul, on comprendrait que ça n'a pas beaucoup d'intérêt", a déclaré à l'AFP Vincent Neymon, porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF). "Ce n'est pas parce que l'Eglise parle de déviances qu'elle condamne les personnes qui les vivent: elle est même la première à les accueillir", a fait valoir le responsable, défendant "le courage d'affirmer ce à quoi on croit".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ce n'est pas parce que l'Eglise parle de déviances qu'elle condamne les personnes qui les vivent", a répondu le porte-parole de la Conférence des évêques de France.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-