Discours de Macron au Congrès: un référendum si les parlementaires ne votent pas la réforme des institutions, menace le président

Discours de Macron au Congrès: un référendum si les parlementaires ne votent pas la réforme des institutions, menace le président

Publié le 03/07/2017 à 17:11 - Mise à jour à 17:22
© PHILIPPE WOJAZER / Pool/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

Emmanuel Macron a menacé les parlementaires de recourir à un référendum s'ils ne votent pas "d'ici un an" la réforme de la Constitution qu'il a annoncée face au Congrès ce lundi. Un pari à haut risque pour le jeune président.

C'est lui le patron. Face au Parlement réuni en Congrès, ce lundi 3 à Versailles, Emmanuel Macron a tapé du poing sur la table, avec toute la retenue qu'impose toutefois le cadre des institutions. Le président a ainsi annoncé son intention de réduire d'un tiers le nombre de parlementaires dans le cadre d'une réforme des institutions dont la mesure est un pilier, mais sans être la seule. Un chamboulement qu'il a promis vouloir faire dans l'intérêt de la démocratie française et dans celui des députés eux-mêmes, tout en annonçant qu'il n'hésitera pas à passer par voie de référendum si députés et sénateurs refusaient de voter le texte. Une menace qui pourrait très bien se retourner contre lui.

"Je proposerai la réduction d’un tiers du nombre des membres des trois assemblées constitutionnelles", a ainsi annoncé ce lundi Emmanuel Macron. Puis de justifier: "un Parlement moins nombreux mais renforcé dans ses moyens, c’est un Parlement où le travail devient plus fluide avec des collaborateurs mieux formés plus nombreux. (...) Je suis convaincu que cette mesure aura des effets pour la qualité générale du travail parlementaire".

Les effectifs des 577 députés, 348 sénateurs, 233 membres du Conseil économique, social et environnemental (le méconnu Cese), soit un total de 1.158 élus et désignés, devraient ainsi fondre de 386 membres si le président arrive à faire voter sa réforme.

Sauf que celle-ci, puisque relevant d'une modification de la Constitution, devra ainsi être votée par.... le Parlement réuni en Congrès. Oui, ce sera aux sénateurs et députés de voter un texte décimant leurs rangs.

Pour anticiper cette difficulté, le président n'a ainsi pas hésité à brandir le bâton, après avoir promis la carotte. Pour que la réforme soit "parachevée" au plus tard "d'ici un an", Emmanuel Macron a ainsi prévenu les parlementaires qu'il n'hésitera pas à en appeler aux Français pour trancher et donc à procéder "par voie de référendum".

Une "arme nucléaire" pour contourner le Parlement? A voir, tant la consultation des électeurs par ce biais s'est par le passé montrée imprévisible. Comme le traité sur la Constitution européenne de mai 2005, qui s'était transformé en critique du bilan du gouvernement Raffarin et avait été finalement perdu, le "non" l'emportant à près de 55% des suffrages.

Aujourd'hui populaire et bénéficiant d'un attentisme méfiant d'une partie des Français, Emmanuel Macron joue donc gros. S'il compte surfer sur le désir de renouveau et de grand chambardement des électeurs, qui peut dire que sa cote ne sombrera pas d'ici un an? Recourir à un référendum, comme il l'a presque promis ce lundi, le placerait alors face à une alternative à haut risque: réussir ou perdre toute légitimité. Ses adversaires, parmi lesquels nombre de vieux briscards de la politique, le savent bien. Et pourraient ainsi jouer la carte du pourrissement. 

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je proposerai la réduction d’un tiers du nombre des membres des trois assemblées constitutionnelles", a annoncé Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-