Dispositif de sécurité à Nice: Bernard Cazeneuve saisit la police des polices

Dispositif de sécurité à Nice: Bernard Cazeneuve saisit la police des polices

Publié le 21/07/2016 à 10:54 - Mise à jour à 10:57
©Benoit Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suite aux critiques sur le dispositif déployé à Nice le soir de l’attentat, Bernard Cazeneuve a saisi l'Inspection générale de la police nationale "d'une évaluation technique du dispositif de sécurité et d'ordre public". Pour le ministre de l’Intérieur, "cette enquête administrative permettra d’établir la réalité de ce dispositif alors que des polémiques inutiles se poursuivent".

Le ministre de l'Intérieur a saisi l'Inspection générale de la police nationale "d'une évaluation technique du dispositif de sécurité et d'ordre public" en place à Nice le soir du 14 juillet, au coeur d'une polémique à la suite de l'attentat qui a frappé la ville. "Cette enquête administrative" de la police des polices "permettra d'établir la réalité de ce dispositif, alors que des polémiques inutiles se poursuivent", déclare ce jeudi 21 Bernard Cazeneuve dans un communiqué, évoquant une "démarche de transparence et de vérité".

Le quotidien Libération a relancé la polémique sur la sécurisation de la Fête nationale à Nice le 14 juillet en affirmant qu'une seule voiture de police municipale barrait l'entrée de la zone piétonne de la Promenade des Anglais, où est arrivé le camion utilisé pour l'attentat. Une vive polémique oppose la municipalité LR de Christian Estrosi (1er adjoint et président de la métropole) au gouvernement sur le dispositif de sécurité mis en place le soir de l'attentat qui a fait 84 morts.

Selon Libération, qui s'appuie sur "une source policière qui a pu visionner les images de la vidéosurveillance (...), un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer", à l'endroit où l'artère devenait piétonne en ce soir de fête peu avant que le camion arrive. Aucun membre de la police nationale n'est alors présent, toujours selon Libération, qui cite notamment un témoin. "Et pour cause, ceux-ci ont été relevés aux alentours de 20h30 par leurs collègues municipaux. Il n’y a donc aucune voiture de police nationale susceptible de barrer la chaussée", poursuit le quotidien.

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve explique pour sa part que ce premier barrage franchi par le camion était un "point de déviation de la circulation et de contrôle visuel", et que "la police municipale avait comme prévu relevé la police nationale sur ce barrage mentionné par le journal à 21h00". Il assure également que la police nationale sécurisait bien l'entrée de la "zone événementielle de la Prom'Party en tant que telle" en tenant un "point de contrôle et de protection" avec deux voitures "stationnées dans le sens longitudinal". "Six policiers nationaux" étaient présents à cet endroit et ont été "les premiers intervenants face au camion meurtrier", ajoute le ministre.

M. Cazeneuve "confirme donc que l'accès à la zone piétonne de la Prom'Party sur la Promenade des Anglais était sécurisé par une barrage de la police nationale". Un point-presse est prévu jeudi matin par le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes "pour revenir, documents et cartes à l'appui, sur le dispositif du 14 juillet", ajoute le ministre.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Cette enquête administrative" de la police des polices "permettra d'établir la réalité de ce dispositif, alors que des polémiques inutiles se poursuivent", a déclaré Bernard Cazeneuve.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-