États généraux de la justice : Emmanuel Macron s'attaque au droit d'amendement

États généraux de la justice : Emmanuel Macron s'attaque au droit d'amendement

Publié le 20/10/2021 à 18:02
F. Froger / D6
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Lundi 18 octobre, lors du lancement des États généraux de la justice à Poitiers, Emmanuel Macron s'est attaqué une fois de plus au droit d'amendement des parlementaires... entre autres.

Un droit qui dérange

Déjà en 2018, pendant le projet de réforme des institutions, qui avait pour objectif d'améliorer le travail parlementaire, le droit d'amendement était pris pour cible par l'exécutif. À l'époque, c'était Édouard Philippe qui portait ce projet de réduction des amendements, et c'était François de Rugy, en président de l'Assemblée nationale, qui s'y était opposé.

Trois ans plus tard, en juillet 2021, c'est Olivier Véran qui imaginait le virus siroter "une petite bière", pendant les sulfureux débats sur le passe sanitaire. Discutables et discutés, ces derniers duraient manifestement trop longtemps à son goût, notamment à cause des 1 146 amendements qui avaient été déposés par les parlementaires à ce moment.

Jamais deux sans trois : cette fois, c'est Emmanuel Macron qui a sorti ses gros sabots pour "moderniser la justice". Selon lui, notre droit, de manière générale, aurait progressivement été rendu illisible à cause d'une "inflation législative". C'est pour remédier à cela qu'il a mentionné une réforme constitutionnelle du droit d'amendement. Quand cela s'est su, la nouvelle n'a pas manqué de faire bondir les parlementaires concernés :

Les sources de cette "inflation législative" et de l'illisibilité du droit français

 

À ce sujet, tout le monde semble s'accorder : aujourd'hui, on ne comprend pas grand-chose aux législations. D'ailleurs, les membres de l'opposition n'étaient pas les derniers à faire savoir leur mécontentement à ce sujet.

En président de la République, Emmanuel Macron prend donc les choses en main, balayant accidentellement les principes de séparation des pouvoirs. Selon lui, c'est la faute des parlementaires et de leurs trop nombreux amendements si les débats sont trop longs. Seulement, l'opposition n'a pas prévu de se laisser malmener plus qu'elle ne l'est déjà : « Il faut lui expliquer qu’il ne nous reste plus que ça. Sinon, on peut fermer la boutique, si c’est ça qu’il veut, on fait un régime présidentiel sans Parlement » a protesté Michel Zumkeller, député UDI. Effectivement, déjà pour le passe sanitaire, l'Assemblée nationale avait fait les frais d'un exécutif zélé qui avait simplement décidé de ne pas tenir compte du premier vote.

Entre temps, de son côté, le gouvernement ne s'est pas gêné pour multiplier les projets de loi, les décrets et les règlements. Une précipitation législative qui n'a jamais trop rassuré les parlementaires, donnant lieu à une foule d'incompréhensions à chaque assemblée. Alors, à qui la faute ?

Trop de lois tuent la loi

Par ailleurs, l'ambiance électrique de ces dernières années a aussi fait naître un nombre incalculable de plaintes et de recours devant la justice. En tête de file, ce sont bien les responsables du gouvernement qui sont le plus souvent visés : Agnès Buzyn, Édouard Philippe, et maintenant Olivier Véran, sont tous trois dans le viseur de la Cour de justice de la République (CJR), seule instance capable de juger les membres du gouvernement. Instance qu'Emmanuel Macron voulait d'ailleurs aussi supprimer. Effectivement, il rappelait lundi que « la situation que nous vivons pose une question qui peut mettre en tension l’autorité judiciaire avec les autres pouvoirs ». N'est-ce pas là pourtant le fondement même de la séparation des pouvoirs ?

Couper l'herbe sous le pied des parlementaires en révoquant d'abord le droit d'amendement, puis remettre en question le rôle de la CJR, ne reviendrait-il pas à donner le plein contrôle des lois à l'exécutif, tout en assurant au gouvernement qu'il pourra lui-même s'y soustraire, sans trop souffrir des conséquences par la suite ?

Quoi qu'il en soit, les États généraux de la justice doivent donner lieu à 120 jours de travail et de réflexion, « libres, ouverts et indépendants ». Cela nous projette déjà début 2022, soit peu de temps avant l'élection présidentielle. Si le timing est trop serré pour que cela puisse se changer en loi d'ici avril, c'est parfait pour préparer le terrain d'une campagne pour un prochain mandat.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On peut fermer la boutique, si c’est ça qu’il veut"

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-