Loi Evin: Emmanuel Macron ne veut pas "qu'on emmerde les Français"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Loi Evin: Emmanuel Macron ne veut pas "qu'on emmerde les Français"

Publié le 23/02/2018 à 12:57 - Mise à jour à 13:01
© RONAN LIETAR / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Emmanuel Macron a confié jeudi aux jeunes agriculteurs qu'il ne comptait pas durcir la loi Evin durant son mandat présidentiel. Il a aussi révélé qu'il buvait du vin à chaque repas.

Alors que le salon de l'Agriculture ouvre samedi 24 à Paris, le président Emmanuel Macron a rencontré jeudi 22 les jeunes agriculteurs, qu'il a notamment voulu rassurer par rapport aux discussions sur un renforcement de la loi Evin (loi datant de 2015 qui encadre et sépare la publicité sur les boissons alcoolisées de l'information).

Dans un entretien accordé aux journalistes du groupe EBRA (journaux régionaux de l'Est de la France), dont notamment Le Bien Public, le président de la République a expliqué que tant qu'il sera à ce poste, il ne permettrait pas que les dispositions de la loi Evin soient durcies. Confiant au passage aimer beaucoup les spiritueux et en consommer à chaque repas.

"Moi, je bois du vin le midi et le soir. Je crois beaucoup à la formule de Pompidou: n’emmerdez pas les Français. Il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se saoule à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin. Tant que je serai président, il n’y aura pas d’amendement pour durcir la loi Evin", a-t-il ainsi déclaré.

Lire aussi: Macron prône la "révolution culturelle" devant des centaines d'agriculteurs

Emmanuel Macron a ainsi fait suite aux propos de sa ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui considère le vin comme un alcool fort.

Le président a aussi profité de cet entretien pour glisser un petit tacle à Laurent Wauquiez, qui le visait dans les fameux propos off révélés par Quotidien et l'accusait de mépriser la classe rurale.

"Je suis né à Amiens et l’autre partie de ma famille était des Hautes-Pyrénées. Je suis très à l’aise dans cette France. Je suis un provincial, je suis monté à Paris à 16 ans. Je ne considère pas qu’il y aurait une France des villes et une France des champs, même s’il y a un rapport au temps qui n’est peut-être pas le même".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Emmanuel Macron aime le vin, en boit à chaque repas, et ne considère pas cela comme un alcool fort.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-