Education: que contiendra le bac "musclé" version Macron?

Education: que contiendra le bac "musclé" version Macron?

Publié le 22/05/2017 à 19:54 - Mise à jour à 20:01
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le bac "doit être plus musclé qu'épais" a déclaré ce lundi Edouard Blanquet, récemment nommé ministre de l'Education. Un indice assez faible quant aux projets du nouveau gouvernement sur la réforme de cette institution. Emmanuel Macron a affirmé sa volonté de le recentrer sur quelques matières, mais cela ne sera pas une mince affaire.

A l'heure où les lycéens abordent la dernière ligne droite avant le bac, le nouveau ministre de l'Education Edouard Blanquet était ce lundi 22 l'invité de BFMTV. Il a notamment évoqué ses ambitions pour le sacro-saint baccalauréat, un examen mais aussi une institution souvent décriée que ses prédécesseurs n'ont pas réussi à modifier.

Les ambitions du nouveau gouvernement pour le "bacho", Edouard Blanquet est resté assez vague dessus, se contenant d'expliquer que l'examen "doit être plus musclé qu'épais". Pour comprendre, il est plus simple de se rapporter au programme du candidat Emmanuel Macron.

Celui-ci prévoit de recentrer l'examen final sur quatre matières, mais ne précise pas lesquelles. Il est toutefois assez évident que le français et les mathématiques en feraient partie ainsi que l'histoire-géographie. Ce qui laisserait une place pour une dernière matière, mais laquelle? L'anglais ou une autre première langue vivante choisie par l'élève semble être un choix probable car commun aux trois sections S, ES et L, autant que la fameuse philosophie. Mais on imagine moins cette dernière matière s'inviter dans ce quatuor.

Elle devrait donc subir le même sort que les autres matières qui seront évaluées lors d'un contrôle continu dont les contours restent là aussi à définir. Ce qui ne sera pas une mince affaire pour Edouard Blanquet ou pour celui ou celle qui pourrait lui succéder en cas de remaniement post-élections législatives. La plupart de ses prédécesseurs y compris Najat Vallaud-Belkcaem ont en effet évoqué la nécessité de réformer le baccalauréat. Mais sur un sujet aussi sensible qui peut vite faire descendre enseignants et lycéens dans la rue, ils se sont abstenus.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron propose un examen final du bac recentré sur quatre matières et le reste en contrôle continu.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-