Efficacité du passe sanitaire : la France insoumise donne de la voix face à Gabriel Attal

Efficacité du passe sanitaire : la France insoumise donne de la voix face à Gabriel Attal

Publié le 09/12/2021 à 14:30
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les annonces de Jean Castex en date du lundi 6 décembre, n'ont pas fait l'unanimité. Avant-hier à l'Assemblée nationale, c'est la France insoumise, en la personne d'Ugo Bernalicis, qui donnait de la voix pour faire savoir son mécontentement.

Un passe sanitaire qui bat de l'aile

Le cœur du propos tient en une seule question : à quoi sert le passe sanitaire ? Alors que ses détracteurs, parmi lesquels l'infatigable sénateur Loïc Hervé, étaient nombreux à mettre en garde contre son côté incitatif, coercitif, voire discriminatoire depuis le début de l'été, le gouvernement ne semble avouer son manque d'efficacité que maintenant, mais sans le dire vraiment.

C'est ce que souligne le député du Nord Ugo Bernacilis dans son intervention : « Nous fermons les boîtes de nuit. Quelle étrange décision quand on sait que les boîtes de nuit sont les premières à avoir mis en place le fameux passe sanitaire que vous défendez et que vous continuez de défendre, et qu'on les ferme alors que le passe sanitaire est encore en vigueur ! Faudrait-il comprendre, Monsieur le Premier ministre, que le passe sanitaire ne nous protège pas ? » Le jeune homme poursuit son propos en rappelant les multiples demandes de preuves de la CNIL concernant l'efficacité du passe, auxquelles le gouvernement ne répond toujours pas.

Lire aussi : La CNIL demande des preuves d'efficacité du passe sanitaire... et le gouvernement fait le mort

Faute impardonnable à moitié avouée

Le Conseil d'État l'avait demandé dès le départ : le passe sanitaire ne devait pas être une obligation vaccinale déguisée, il devait se limiter au contrôle de la propagation du virus. Pourtant, çà et là, le gouvernement semble placer de nouveaux repères dans son discours sanitaire ; lundi, déjà, Jean Castex parlait du passe comme d'un "outil d’incitation à la vaccination et de protection face au virus".

De son côté, le Pr Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, auditionné au Sénat hier, était plus franc encore : « Le passe a eu un rôle majeur pour pousser à la vaccination. [...] Est-ce qu'il protège réellement ? Vous avez donné la réponse, la réponse est non. »

Quant à Gabriel Attal, qui répondait à Ugo Bernacilis dans l'Hémicycle, il n'a pas fait exception. Écartant d'un revers de main la proposition du remboursement des tests pour tous, faite par LFI, il rétorque : « La réalité, c'est que vous êtes contre le vaccin. » Et de poursuivre sur la même lancée : « Vous dites que le passe sanitaire ne sert à rien, c'est ce qui nous a permis d'avoir une couverture vaccinale parmi les plus élevées en Europe ! »

La boucle est bouclée

Jean-François Delfraissy, comme Gabriel Attal, au cours de leurs prises de paroles respectives, ont tous deux avoué que le vaccin n'empêchait ni la transmission, ni la contamination. On en revient donc à la proposition de Jean-Luc Mélenchon, qui, comme d'autres élus, a suggéré de mettre un terme au passe sanitaire et de rembourser à nouveau les tests de dépistage pour tous, afin de contrôler la propagation du virus grâce à des outils qui ont prouvé leur efficacité.

Mais pour l'heure, le gouvernement maintient le cap du "tout vaccin", plaçant d'ores et déjà les jalons d'une quatrième dose.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Luc Mélenchon (G) et Gabriel Attal (D).

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-