Elue UNEF voilée: les accusations d'islamophobie occultent l'argument de la laïcité (vidéo)

Elue UNEF voilée: les accusations d'islamophobie occultent l'argument de la laïcité (vidéo)

Publié le 25/05/2018 à 12:11 - Mise à jour à 12:22
© STR / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La polémique sur le voile portée par l'élue UNEF apparue à l'écran avec un hijab continue. Des accusations d'islamophobie sont maintenant portée à ceux qui fustigent l'affichage religieux de la syndicaliste étudiante. Une approche qui occulte le fait que la polémique ne se produit pas qu'avec un signe musulman.

C'est la polémique du moment, qui secoue du minstère de l'Intérieur à la Une du dernier numéro de Charlie Hebdo: le voile porté par Maryam Pougetoux, présidente du syndicat étudiant Unef (classé à gauche) pour l'université de Paris IV (Paris-Sorbonne), rendu visible par son intervention sur M6 le 12 mai. L'élue étudiante commentait le blocage des facultés, mais c'est bien son apparence qui est restée de cette interview, la jeune femme de 19 ans portant le hijab, un voile recouvrant les cheveux (mais pas le visage).

Corollaire logique de la levée de boucliers, d'autres voix ont accusé les détracteurs de Maryam Pougetoux d'islamophobie. L'Unef s'est notamment positonné de la sorte pour défendre son élue en expliquant que "si Maryam se fait attaquer, c'est parce qu'elle est une femme, musulmane portant le voile". Sur son compte Twitter, l'oganisation estime que la jeune fille est victime d'un "déferlement de haine raciste, sexiste et islamophobe".

Autre exemple notable de défense de cette position: Olivier Besancenot, l'ancien leader du NPA, a critiqué sur RTL ce vendredi 25 la Une de Charlie Hebdo en estimant  qu'il s'agit "d'islamophpobie".

Des prises de position qui occultent sans le doute le principal message des réactions, comme celle de Charlie Hebdo, qui fustigent surtout l'affichage de la religion, au nom de leur conception de la laïcité, que leur prétendue islamophobie. Car si l'affichage d'une religion par un représentant politique ou syndical, ce qui reste rare, est certes majoritairement le fait de l'islam, la levée de boucliers est sensiblement la même quand c'est le christianisme qui est concerné.

Voir aussi - Dirigeante voilée: l'Unef doit "définir les valeurs" qu'elle porte, juge Vidal

Petit rappel: le 27 novembre 2016, Valérie Boyer, députée LR et porte-parole de François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre, commente l'élection de son candidat face à Alain Juppé sur le plateau de France 2. A son cou, discret (plus qu'un voile en tout cas) mais bien visible un bijou représentant une croix (dite "arménienne").  La polémique avait été quasiment immédiate sur les réseaux sociaux, notamment chez des chroniqueurs attachés à la laïcité (comme Caroline Fourest), et avait fait couler beaucoup d'encre, la porte-parole ayant même été jusqu'à publier une vidéo expliquant (sans qu'on le lui demande) qu'elle ne quittait jamais ce bijou "ni pour dormir, ni pour se laver"…

Pour rappel, la neutralité religieuse au sens légal du terme ne s'applique pas aux citoyens. Seuls sont concernés l'Etat, les agents publics, et certains lieux comme l'hôpital ou l'école publique. Les élus, de Valérie Boyer à Maryam Pougetoux, ne sont pas soumises à une boligation de neutralité, sauf dans les cas où ils effectuent des actes publics comme un maire célébrant un mariage. Une législation valable bien aussi pour la croix que pour le voile.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Maryam Pougetoux avait choqué par le port de son "hijab".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-