Emmanuel Macron annonce l'interdiction du glyphosate d'ici 3 ans

Emmanuel Macron annonce l'interdiction du glyphosate d'ici 3 ans

Publié le 27/11/2017 à 18:26 - Mise à jour à 18:37
© ludovic MARIN / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Emmanuel Macron a annoncé ce lundi une interdiction du glyphosate en France "au plus tard dans 3 ans". Le président a fait cette annonce dans la foulée d'une nouvelle autorisation pour cinq ans de l'herbicide en Europe.

Alors que les Etats membres de l'Union européenne, réunis au sein d'un comité d'appel, ont voté ce lundi 27 en faveur d'une nouvelle autorisation pour cinq ans du glyphosate, Emmanuel Macron a annoncé dans la foulée une interdiction de l'herbicide controversé d'ici trois ans.

"J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans", a écrit le président de la République sur Twitter, accompagné du hashtag MakeYourPlanetGreatAgain.

Même son de cloche du côté de Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui a fait savoir, également sur le réseau social, que "Malgré le vote à Bruxelles, la France reste déterminée à sortir du glyphosate en moins de 5 ans. Nous travaillons de concert avec tous les acteurs pour trouver des alternatives crédibles".

Voir aussi: Le glyphosate autorisé pour cinq ans de plus dans l'UE

Ce lundi, la France a voté contre la prolongation de l'autorisation d'utilisation du glyphosate, estimant qu'une solution de remplacement viable est possible sur une durée plus courte.

"De nombreuses solutions existent, d'autres sont à améliorer, certaines encore à imaginer. Il faudra accompagner techniquement et économiquement les agriculteurs et mobiliser des moyens financiers publics et privés additionnels dans le cadre du plan d'investissement", avait ainsi expliqué Brune Poirson au JDD.

Une pétition officielle demandant la disparition progressive du glyphosate dans l'UE, classée "initiative citoyenne européenne", a récolté plus d'un million de signatures. Elle a été déposée auprès de la Commission qui doit y répondre d'ici le début de l'année prochaine.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le glyphosate pourrait être interdit en France d'ici trois ans selon Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-