EN DIRECT - Fillon dans la tourmente: Juppé annonce "une bonne fois pour toute" qu'il ne sera pas candidat

EN DIRECT - Fillon dans la tourmente: Juppé annonce "une bonne fois pour toute" qu'il ne sera pas candidat

Publié le 06/03/2017 à 09:59 - Mise à jour à 13:49
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

François Fillon pourra-t-il tenir et rester le candidat de la droite pour la présidentielle? La journée de ce lundi pourrait être décisive, avec notamment la prise de parole d'Alain Juppé à 10h30 et le comité politique prévu à 18h. Rebondissements, déclarations, réactions: suivez la journée en direct avec "FranceSoir".

13h48: Selon BFMTV, l'entourage de Nicolas Sarkozy annonce que l'ancien président de la République tente toujours d'organiser une réunion avec François Fillon (qui a annoncé qu'il maintient sa candidature) et Alain Juppé (qui a annoncé qu'il renonce). Elle pourrait se tenir mardi 7 dans l'après-midi.

13h30: Les sarkozystes viennent de predre position pour un retrait de François Fillon. "La ligne politique de Fillon est la bonne mais ce dernier ne pouvant plus assurer l'unité de la famille politique de la droite et du centre, nous lui demandons de prendre ses responsabilités et de se choisir lui-même un successeur" ont-ils affirmé.

12h26: Nadine Morano a elle aussi tenu à réagir à l'annonce d'Alain Juppé. Pour elle, "il démontre une nouvelle fois sa stature d'Homme d'Etat en plaçant l'intérêt supérieur de la France avant tout. Merci", a-t-elle ainsi écrit sur Twitter. 

11h40: Selon BFMTV, la plupart des soutiens de Nicolas Sarkozy sont réunis rue de Miromesnil à Paris avec l'ancien président de la République. Woerth, Châtel, Wauquiez, Hortefeux, Ciotti, Jacob, Estrosi et Baroin son présents. 

11h27: "Je suis triste pour la France qu’Alain Juppé prenne cette décision. Mais je suis de son avis et je la comprends parfaitement. Il était très concentré, très ému", a réagi Dominique Bussereau dans Sud-Ouest, député LR et président du département de Charente-Maritime. 

11h14: Le député de la Manche, Philippe Gosselin a déclaré sur BFMTV que "maintenant se pose la question du général en chef. Les derniers rebondissements ne sont pas encore connus. On est dans une situation proche de l'impasse, la droite française est durablement fracturée, il faudra des années pour s'en remettre".  

11h11: Pour Olivier Faure, député PS et président du groupe PS à l'Assemblée, Alain Juppé "vient de donner de la hauteur et de la dignité à un débat présidentiel qui sombre dans le mauvais vaudeville".

11h02: Très remonté, Georges Fenech a proposé le nom de François Baroin sur BFMTV pour prendre la relève et parle de "prise d'otage" de la part de François Fillon.

10h59: Yves Jégo, vice-président de l'UDI, pense qu'il faut "changer de candidat" même si le temps pour le faire est court. Il appelle "François Fillon à regarder et analyser la situation". Et de souligner qu'aujourd'hui "une réunion entre François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ne sert plus à rien".

10h48: "Dommage qu'Alain Juppé n'ai pas pu s'empêcher de dézinguer lui aussi François Fillon dans sa déclaration logique et par ailleurs très digne", s'est indigné Thierry Mariani sur Twitter.

10h45: Aurélie Filippetti s'est exprimé sur la déclaration d'Alain Juppé. "La déclaration d'Alain Juppé est d'une grande dignité et d'une triste lucidité. Merci à lui de rehausser l'image du débat politique. Une leçon", a tweeté la porte-parole de Benoît Hamon. 

10h41: "Je ne veux pas donner ma famille ne pâture aux démolisseurs de réputation", a justifié Alain Juppé pour expliquer son refus de se présenter la présidence de la République. 

10h39: "Les Français veulent un renouvellement. Je ne l’incarne pas. Je le répète pour moi il est trop tard, mais il n’est pas trop tard pour la France, il n’est jamais trop tard pour la France. Le pays traverse une crise de confiance mais a aussi une capacité de rebonds".

10h37: "Jamais sous la Ve République une élection présidentielle ne s'est présentée dans un situation aussi confuse".

"La droite et le centre, quel gâchis. Au lendemain de notre primaire dont le résultat a été incontesté, François Fillon avait un boulevard devant lui. Le déclanchement des investigations de la justice à son encontre et son système de défense, s'appuyant sur une dénonciation systématique d'un complot, l'on conduit dans une impasse".

"J'ai reçu de très nombreux appels me demandant de prendre la relève. A mes yeux la condition sine qua non de la victoire est le rassemblement de la droite et du centre. Aujourd'hui ce rassemblement est encore plus difficile. Le noyau de militants et sympathisants LR s'est radicalisé".

"Si François Fillon devait renoncer, le passage de témoins se ferait dans la douleur. Je ne suis donc pas en mesure de réaliser le nécessaire rassemblement autour d'un projet fédérateur. Je confirme une bonne fois pour toute que je ne serais pas candidat à la présidence de la République".

10h30: Alain Juppé s'apprête à prendre la parole depuis la mairie de Bordeaux.

10h25: "Il y a urgence à décider, urgence à trancher, urgence à rassembler, urgence à rebondir", estime le fidèle de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux sur France Inter.

10h21: Alain Juppé est arrivé à sa mairie de Bordeaux entouré d'une nuée de caméras et d'appareils photo. L'ex-Premier ministre doit faire une déclaration à la presse à 10h30.

10h15: Comme Xavier Bertrand avant elle, Valérie Pécresse a loué la proposition faite par Nicolas Sarkozy ce matin. "Urgence à restaurer l'unité: soutien total à la rencontre François Fillon, Nicolas Sarkozy Alain Juppé", a-t-elle tweeté.

10h09: Selon L'Obs, qui cite des proches d'Alain Juppé, le maire de Bordeaux renoncerait à se présenter face à François Fillon. 

10h07: Nicolas Sarkozy appelle à "trouver une voie de sortie digne et crédible à une situation qui ne peut plus durer". "Face à la gravité de la situation (...) chacun a le devoir de tout faire pour préserver l'unité", a écrit l'ancien président dans son communiqué de ce lundi matin. 

10h04: Sur Twitter, Xavier Bertrand a salué "toute démarche qui permet l'unité, condition de la victoire" après le communiqué de Nicolas Sarkozy qui propose une rencontre avec François Fillon et Alain Juppé.

10h: Alain Juppé doit prendre la parole dans une demi-heure pour clarifier sa position sur une éventuelle candidature à l'élection présidentielle.

Lui a dit et répété qu'il ira "jusqu'au bout", que "personne ne peut (l')empêcher d'être candidat". Contre vents et marées. Et la tempête se déchaîne contre François Fillon, candidat investit par son camp pour le représenter à la présidentielle des 23 avril et 6 mai prochains. Mais ça c'était avant. Avant les révélations du Canard enchaîné sur l'emploi présumé fictif de son épouse Penelope et de deux de ses enfants. Avant les polémiques, les défections, les sondages catastrophiques.

François Fillon veut être candidat, mais le pourra-t-il? La journée de ce lundi 6 pourrait être décisive. Au lendemain du rassemblement des supporters fillonistes dimanche au Trocadéro et de son passage au 20h de France 2 pour réaffirmer sa volonté d'être candidat, ce sont ses adversaires qui avancent leurs pions. Dans la matinée, à 10h30, Alain Juppé doit ainsi faire une déclaration depuis sa mairie de Bordeaux, tandis qu'un comité politique de LR est programmé à 18h. En début de matinée, Nicolas Sarkozy a également fait savoir qu'il propose aux deux ex-Premiers ministres une réunion à trois pour "trouver une voie de sortie".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Fillon est sous le feu de Juppé et Sarkozy, notamment.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-