En Guadeloupe, Hidalgo mène campagne pour conjurer le défaitisme

Auteur:
 
Par Cécile AZZARO - Vieux-Habitants (France) (AFP)
Publié le 13 février 2022 - 12:02
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
La candidate socialiste à la présidentielle, Anne Hidalgo, avec de jeunes joueurs de football dans un centre sportif de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 11 février 2022
Crédits
© Thomas COEX / AFP
La candidate socialiste à la présidentielle, Anne Hidalgo, avec de jeunes joueurs de football dans un centre sportif de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 11 février 2022
© Thomas COEX / AFP

"C'est la meilleure candidate" pour les uns, "on sent que ça prend pas" pour les autres. En Guadeloupe la campagne d'Anne Hidalgo se poursuit sous les radars.

Au cours de son déplacement, la candidate, créditée entre 1,5 et 3% des intentions de vote, s'est rendue au chevet des soignants au CHU, a rencontré des élus, des acteurs du monde économique, des agriculteurs bio, des femmes d'influence, et a visité le Musée consacré à l'esclavage.

Marqueur de ce déplacement de quatre jours, qui doit la conduire ensuite en Martinique, la réunion publique en fin d'après-midi samedi à Basse-Terre n'a rassemblé qu'une centaine de personnes dans une salle de 250 places.

8.000 flyers avaient pourtant été distribués, mais les craintes liées au virus ont été les plus fortes, explique Olivier Nicolas, le Premier secrétaire de la fédération socialiste de Guadeloupe.

Anne Hidalgo "a une notoriété aux Antilles", assure-t-il, "car elle est maire de Paris" et "Paris est un grande ville ultramarine", avec notamment 6.000 agents de la ville originaires des Outre-mer.

Mais "la Guadeloupe se relève de trois mois de bordel généralisé", et se trouve toujours sous état d'urgence sanitaire, alors que plus de la moitié de la population n'est pas vaccinée, rappelle-t-il. "Ca change la nature des images ultramarines. Chirac qui embrassait les doudous, ça n'existe plus".

Résultat, avec le couvre-feu toujours en vigueur, "tout ce qui ressemble à des rassemblements populaires" ne fait pas recette. "Il n'y a guerre que le carnaval qui attire, et encore".

"Votre présence c'est du courage", a déclaré aux militants le sénateur de Guadeloupe et ex-ministre des Outre-mer Victorin Lurel, reconnaissant qu'il était "très difficile de se mobiliser".

Mais pour Olivier Nicolas, les élections présidentielles ne mobilisent pas en Guadeloupe. En 2017, le taux de participation était de 40%. "Les seules élections qui intéressent, ce sont les municipales".

Terre longtemps acquise au PS (72% des Guadeloupéens avaient voté Hollande en 2012), la Guadeloupe ne compte désormais que cinq communes socialistes sur 32 (mais aussi des communes alliées divers gauche), et le parti a perdu récemment le département, après la région.

"On reste le principal parti, mais on est affaibli. C'est une vrai crise, il n'y pas suffisamment de conviction forte, il y a eu beaucoup de défections", analyse le sénateur Victorin Lurel.

- "terre de combat" -

"Mais le socialisme n'est pas un gros mot", insiste-t-il. "Nous ferons campagne", a-t-il promis. "Je l'ai fait pour Benoit Hamon, même si je savais que c'était désespéré".

En 2017, Benoit Hamon, qui pâtissait d'un gros déficit de notoriété aux Antilles, avait obtenu 9,95% des voix au premier tour, où Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon étaient arrivés en tête.

Gary Galipo, 32 ans, militant encarté depuis trois ans, lui, est convaincu par Anne Hidalgo. "Pour moi c'est la meilleure candidate", explique celui qui ne se "fie pas aux sondages". "Je suis socialiste, je préfère suivre cette gauche-là que Mélenchon", assure-t-il.

Pour Rémy Bourgeois, 60 ans, venu à l'invitation de son beau-frère socialiste, "Anne Hidalgo est une candidate en difficulté. Je ne sais pas si à 1,5% des intentions de vote on peut continuer".

"Pourtant, mes idées sont à gauche", dit-il, "mais on sent que ça prend pas", ajoute-t-il, se disant "profondément triste de voir de quelle manière le parti est parti à la dérive", alors qu'il "a bien servi la France". "Mais il est trop divisé. Il faut une refonte".

Anne Hidalgo a appelé dans son discours les militants à "ne pas se laisser laver le cerveau par ceux qui disent que les jeux sont faits" dans cette élection. "La politique, ce n'est pas que du clic, c'est de la rencontre, c'est de l'échange, du regard", a-t-elle insisté.

"Tant qu'on est debout, tant qu'ils y a des femmes et des hommes qui vont combattre pour nos valeurs, tant qu'il y a cette énergie-là, il y a là une base d'espérance extraordinaire", a-t-elle assuré.

Et pour Albert, venu l'écouter, "elle a employé les bons mots. Elle a un bon discours, serein, apaisant. Ca peut remonter".