Fillon a "dépanné" Sarkozy de 300.000 euros après la primaire de la droite

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 22 novembre 2017 - 17:09
Image
Nicolas Sarkozy et son Premier ministre François Fillon en juin 2011.
Crédits
©Reuters
Nicolas Sarkozy aurait demandé 300.000 euros à François Fillon début 2017.
©Reuters
Selon l'ancien directeur de campagne de François Fillon, celui-ci a donné 300.000 euros à Nicolas Sarkozy début 2017. L'ancien président arrivé troisième à la primaire de la droite s'était en effet retrouvé, une nouvelle fois, en délicatesse avec ses comptes de campagne.

Le financement des campagnes est décidément source de soucis chez Les Républicains. Et celle de la primaire de la droite et du centre de novembre 2016 n'a pas été épargnée et a nécessité un "petit" arrangement à 300.000 euros entre Nicolas Sarkozy et François Fillon, selon Patrick Stefanini, ancien directeur de campagne de ce dernier.

Dans son livre à paraître jeudi 23, Déflagration (éd. Robert Laffont), il évoque la rencontre en janvier 2017 entre celui qui venait de remporter de loin la primaire et celui qui avait échoué à une très décevante troisième place.

Lire aussi: Première rencontre Fillon-Sarkozy depuis la primaire de la droite

Selon les déclarations de Patrick Stefanini, interrogé par Paris Match, Nicolas Sarkozy était venu demander à François Fillon une aide financière. Déclaré sur le tard et persuadé -notamment grâce aux sondages- qu'il atteindrait au moins le deuxième tour, l'ancien président de la République aurait dépensé 1,3 million d'euros pour la campagne, se retrouvant avec un trou de 300.000 euros, exigés par Les Républicains. Le parti lui avait en effet alloué des moyens humains et matériels pour mener campagne.

Lire aussi: Présidentielle - Comment les candidats sont-ils remboursés de leurs frais de campagne?

Désormais à la tête de LR, François Fillon aurait accepté de faire en sorte que la note soit réglée, alors que Nicolas Sarkozy lui a apporté son soutien face à Alain Juppé dès le soir du premier tour. Pour cela, il aurait puisé dans les caisses de son micro-parti Force républicaine, largement bénéficiaire avec 10 millions d'euros récoltés lors de la primaire.

Patrick Stefanini dit avoir apporté quelques semaines après la fameuse rencontre un chèque de 200.000 euros à Nicolas Sarkozy. Un autre chèque de 100.000 euros aurait été versé par son successeur Vincent Chriqui quelques mois plus tard.

Une pratique légale, mais dont Patrick Stefanini dit "rire encore", notamment en raison du passif de Nicolas Sarkozy dont les comptes de campagne pour la présidentielle avaient été rejetés en 2012. Pratique qui par ailleurs ne donne pas une image très valorisante de la politique.