Fillon fait son mea culpa sur la Sécu et parle immigration

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Fillon fait son mea culpa sur la Sécu et parle immigration

Publié le 11/01/2017 à 11:24 - Mise à jour à 11:26
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Sous les critiques depuis sa victoire à la primaire de la droite, notamment pour ses déclarations sur la Sécurité sociale, François Fillon a tenté de s'excuser pour son manque de clarté ce mercredi matin.

François Fillon s'est efforcé ce mercredi 11 de relancer sa campagne en faisant son mea culpa au sujet de son projet de réforme de la Sécu, attaqué de toutes parts, et en mettant l'accent sur ses propositions en matière d'immigration.

Ni "bons", ni "clairs" sur la Sécu: une nouvelle fois, ce mercredi matin, François Fillon a tenté de clore l'empoisonnant procès instruit par ses adversaires coalisés contre son projet de réforme de l'assurance maladie.

Sur BFMTV-RMC, l'ancien Premier ministre a redit avoir été "mal compris" sur ses propositions, pour partie "retirées" de son site internet. Il a rappelé avoir "lancé un débat avec l'ensemble des responsables de la santé, les médecins", avec de nouvelles propositions "avant la fin du mois de janvier ou début février".

Le nouveau champion de la droite a aussi admis que des "réglages" étaient nécessaires au sein de ses équipes, bien en peine d'expliquer son programme "radical", ce qui a donné lieu à des dissonances.

L'ex-locataire de Matignon, en baisse dans les sondages de premier tour, qui le qualifient toutefois toujours unanimement pour le second et le donnent net vainqueur de Marine Le Pen avec environ 30 points d'avance, a toutefois tenté de justifier de l'urgence de sa réforme.

"On voit que (la Sécu) ne marche pas (...) Une simple épidémie de grippe est en train de paralyser le système. Ce qui montre que quand Mme (Marisol) Touraine explique que tout va bien, que tout est formidable, que c'est le programme de François Fillon qui menace la Sécurité sociale, ça n'a juste aucun sens", a-t-il accusé.

Outre ce mea culpa, M. Fillon s'est aussi escrimé à éteindre des débuts d'incendie dans son propre camp: il a ainsi dit non à des députés de droite qui insistaient pour qu'il revienne sur la loi de 2014 renforçant les entraves au cumul des mandats. M. Fillon a également renvoyé mercredi matin dans les cordes Laurent Wauquiez, vice-président du parti, qui lui demandait, plutôt que "du sang et des larmes", le retour de la sarkozyste défiscalisation des heures supplémentaires.

L'ancien Premier ministre a par ailleurs changé radicalement de ton au sujet de Bachar al-Assad, présenté en novembre comme le meilleur rempart contre le djihadisme pour les chrétiens d'Orient, et qualifié ce mercredi de "dictateur" et "manipulateur".

Il s'en est en particulier pris aux médias français qui ont diffusé une interview du dirigeant syrien dans laquelle il jugeait "bienvenue" la position sur la Syrie du candidat de la droite.

Pour relancer une campagne qui connaît un faux plat depuis plusieurs semaines, M. Fillon mise aussi sur le terrain, avec un déplacement ce mercredi après-midi dans les Alpes-Maritimes sur l'immigration et la sécurité.

Dépôt de gerbe à Nice en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet, déplacement au poste-frontière de Menton, réunion publique avec les deux ténors de la droite locale, Christian Estrosi (patron de la région) et Eric Ciotti (patron du département).

Dans Nice Matin et sur BFMTV-RMC, M. Fillon a commencé à détailler ses propositions en la matière, plutôt consensuelles dans son camp: il faut "une immigration minimale et très contrôlée, répondant à nos besoins économiques et à nos capacités d'accueil et d'intégration", via des "quotas" annuels au Parlement "dans un débat démocratique transparent".

"Le nombre de visas qui ont été accordés en France depuis cinq ans n'a cessé d'augmenter, dans un pays qui a près de 6 millions de personnes qui sont inscrites à Pôle emploi, qui a près de 9 millions de pauvres", s'est justifié le candidat des Républicains.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


François Fillon a admis que lui et son camp n'avaient été ni "bons" ni "clairs" au sujet de la Sécurité sociale.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-