Financement libyen: Takieddine entendu par le juge d'instruction

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Financement libyen: Takieddine entendu par le juge d'instruction

Publié le 07/12/2016 à 11:30 - Mise à jour à 11:31
©Philippe Lopez/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suite à ses déclarations sur la remise de 5 millions d'euros d'argent libyen au camp Sarkozy quelques mois avant sa victoire à la présidentielle de 2007, Ziad Takieddine est arrivé ce mercredi au pôle financier du TGI de Paris pour être entendu par le juge d'instruction. L'homme d'affaires franco-libanais risque une mise en examen mais peut également ressortir sous le statut de témoin assisté.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine est arrivé ce mercredi 7 au pôle financier du TGI de Paris pour être entendu par le juge d'instruction après ses déclarations sur la remise de 5 millions d'euros d'argent libyen au camp Sarkozy quelques mois avant sa victoire à la présidentielle de 2007, a constaté une journaliste de l'AFP. Ziad Takieddine risque une mise en examen dans l'enquête ouverte depuis 2013 sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Il peut également ressortir sous le statut de témoin assisté, plus favorable, à l'issue de son audition chez le juge Serge Tournaire.

"Il est temps qu'on fasse la lumière sur tout, et à la justice de le faire", a déclaré Ziad Takieddine à une journaliste de l'AFP à son arrivée au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, vers 9h30. Mi-novembre, à cinq jours du premier tour de la primaire des Républicains, l'intermédiaire, déjà mis en examen dans le dossier Karachi, a refait surface avec des déclarations explosives visant le camp Sarkozy: dans un entretien filmé et diffusé dans Mediapart, il a affirmé avoir personnellement remis à Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, et au futur chef de l'Etat lui-même cinq millions d'euros dans trois valises en provenance du régime libyen de Khadafi. Les anciens occupants de la place Beauvau ont farouchement nié ces accusations et mis en cause la crédibilité de l'homme d'affaires.

L'épisode, qu'il raconte, vient selon lui confirmer les déclarations en 2012 de l'ancien chef des services de renseignement libyen Abdallah Senoussi, lors d'une audition dans le cadre de poursuites de la Cour pénale internationale. Il avait alors affirmé avoir "personnellement supervisé" le transfert de cinq millions d'euros "pour la campagne du président Nicolas Sarkozy en 2006-2007", selon des éléments de l'enquête dont l'AFP a eu connaissance. Takieddine affirme avoir été missionné par Senoussi pour convoyer l'argent, selon le but qui lui a été présenté à l'époque, la coopération entre services de renseignement français et libyen.

Lors de ses précédentes auditions, Ziad Takieddine avait indiqué avoir eu tardivement la confirmation de l'existence de versements entre la Libye et la France en vue d'un financement occulte, mais il ne s'était pas impliqué dans des remises de fonds. Dans cette affaire, les juges disposent de plusieurs témoignages, non étayés, d'ex-hauts responsables du régime libyen et de protagonistes évoquant un financement de la campagne de Sarkozy. Leurs investigations portent sur des flux financiers impliquant des protagonistes liés à l'ancien régime de Kadhafi.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ziad Takieddine risque une mise en examen dans l'enquête ouverte depuis 2013 sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-