Flash-ball: le ministère de l'Intérieur refuse un moratoire

Flash-ball: le ministère de l'Intérieur refuse un moratoire

Publié le 22/07/2015 à 12:20 - Mise à jour à 12:42
©Riclafe/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RT
-A +A

Ce mercredi, le ministère de l'Intérieur s'est dit opposé à un moratoire contre l'usage des armes de force intermédiaire comme le Flash-Ball. La mesure avait été réclamée par Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, au vu de la "gravité des lésions" que ces objets de maintien de l'ordre peuvent poser.

Alors que le Défenseur des Droits a annoncé mardi 21 avoir recommandé un moratoire contre l’usage des armes de force intermédiaire comme le Flash-Ball, au vu de la "gravité des lésions" qu'elles peuvent causer, le ministère de l’Intérieur s’est prononcé contre ce moratoire, ce mercredi. "Un moratoire sur les armes intermédiaires serait contre-productif et pourrait avoir des conséquences dangereuses: nous ne pouvons pas (...) nous permettre de désarmer nos forces de l'ordre", a ainsi déclaré le porte-parole du ministère, Pierre-Henry Brandet, cité par Ouest France. Car selon lui, les armes de force intermédiaire permettent d’assurer la protection des policiers et gendarmes tout en limitant le recours des armes à feu.

Néanmoins, "le ministre de l'Intérieur a pris acte de la recommandation du Défenseur des Droits du 16 juillet 2015, concernant l'usage du Flash-Ball lors des manifestations. Ses services l'étudient et y répondront dans le délai légal de deux mois", a déclaré Pierre-Henry Brandet, ajoutant:"le cas échéant, des adaptations de la doctrine d'emploi des armes de force intermédiaire seront adoptées". Mardi, Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, a annoncé avoir recommandé l’interdiction du Flash-Ball lors des manifestations publiques et demandé un moratoire général sur son usage en général.

Car entre 2013 et 2014, Jacques Toubon a été saisi de pas moins de 7 dossiers faisant état de "blessures graves ou infirmité permanente qui seraient causées par un tir de lanceur de balles de défense". Et la semaine dernière, il a été saisi d’un nouveau cas qui a fait grand bruit: celui d’un adolescent de 14 ans qui, alors qu’il s’amusait avec des pétards dans un parc d’Argenteuil, dans le Val-d’Oise, dans la nuit du 13 au 14 juillet, a été gravement blessé par un tir de Flash-Ball par la police, au niveau des testicules. En parallèle, le parquet de Pontoise a confié les investigations à l'IGPN afin d’identifier les agents responsables. 

La police des police s'était d'ailleurs elle-même prononcée en mai en défaveur du Flash-Ball, jugeant l'arme trop "obsolète" et imprécise.  

 

 

Auteur(s): RT

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-