François Fillon: "jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas"

François Fillon: "jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas"

Publié le 22/11/2016 à 12:22
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suite à la demande d'Alain Juppé, qui a appelé François Fillon a "clarifier" sa position sur l'avortement à quelques jours du second tour de la primaire de la droite, le rival du maire de Bordeaux a tenu à réagir. "Jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombé aussi bas", a-t-il notamment déclaré.

"Jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas" en l'invitant ce mardi 22 matin à "clarifier" sa position sur l'avortement, a réagi François Fillon, rival du maire de Bordeaux au second tour de la primaire de la droite, en déplacement à Viry-Châtillon (Essonne). "Est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contraire à l'avortement? (...) Que la campagne reprenne sa dignité et qu'on cesse les polémiques qui sont inqualifiables et qui, franchement, abaissent le niveau", a répliqué M. Fillon devant la presse.

"Ca fait trente ans que je suis parlementaire: est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contraire à l'avortement? Une seule fois? Est-ce que vous avez vu une seule fois dans un programme de François Fillon des propos concernant le retour sur la loi Veil? Jamais, voilà", s'est emporté le député de Paris.

Sur Europe 1 mardi matin, le maire de Bordeaux a interpellé François Fillon: "il y a des points sur lesquels j'aimerais bien que François Fillon clarifie sa position, par exemple sur l'avortement et l'interruption volontaire de grossesse. Il a commencé par dire dans son livre que c'était un droit fondamental de la femme, puis il est revenu su cette déclaration dans un débat qu'il a eu devant un certain nombre de ses supporters. Quelle est sa position?".

Le 22 juin à Aubergenville (Yvelines) lors d'une réunion publique, M. Fillon déclarait: "j'ai écrit (dans mon livre) que l'avortement était un droit fondamental. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce que je voulais dire, c'est que c'est un droit sur lequel personne ne reviendra. Philosophiquement et compte tenu de ma foi personnelle, je ne peux pas approuver l'avortement".

Le 20 octobre sur France 2, interrogé sur le sujet, il répondait: "je n'ai pas à m'expliquer sur mes convictions religieuses. Je suis capable de faire une différence entre ces convictions et l'intérêt général (...). Bien sûr que non" il n'est pas favorable à une interdiction de l'avortement. Interrogé mardi matin sur l'atmosphère de la campagne, l'équipe de Juppé a expliqué qu'ils étaient "dans un état d'esprit amical et combatif".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Que la campagne reprenne sa dignité et qu'on cesse les polémiques qui sont inqualifiables et qui, franchement, abaissent le niveau", a notamment déclaré François Fillon.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-