François Hollande annonce la mise en place du prélèvement à la source pour 2018

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

François Hollande annonce la mise en place du prélèvement à la source pour 2018

Publié le 14/06/2015 à 12:28 - Mise à jour à 12:33
©Stéphane Demolombe/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Le président de la République en déplacement à Bordeaux a confirmé au quotidien "Sud Ouest" que la France allait passer au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Objectif pour sa mise en place: 2018.

C’était une promesse du candidat Hollande en 2012 avant que la mesure soit ensuite tombée dans un oubli. Et lorsque le ministre des Finances Michel Sapin avait confirmé plus tôt dans l’année qu'il n'y aurait pas de fusion entre impôt sur le revenu et CSG, il semblait acquis que le prélèvement à la source ne verrait pas le jour sous le (premier ?) quinquennat de François Hollande.

Retournement de tendance donc, puisque le dispositif fait son retour en force dans le planning politique. C’est ce qu’a annoncé le président de la république au quotidien régional Sud Ouest, en marge de sa visite au salon Vinexpo à Bordeaux. Le calendrier a été annoncé: le prélèvement à la source sera "engagé" en 2016 pour une application complète dès 2018.

Principal frein à la mise en place jusque-là d’une telle mesure: le risque pour les comptes publics d’une "année blanche". Comme le système actuel fait payer des impôts sur les revenus de l’année précédente, alors que le prélèvement à la source se fait en même temps que le revenu est versé au contribuable, cela signifie donc théoriquement que la "bascule" entraîne une année de revenus sans aucun impôt attaché. Une bonne nouvelle sans doute pour les 17,6 millions de ménages imposables, mais beaucoup moins pour Bercy qui collecte environ 55 milliards d’euros grâce à cet impôt.

François Hollande a annoncé qu’un compromis serait trouvé, sans en révéler les détails: "Nous préparons un projet qui garantira que nul n’ait à perdre quoi que ce soit, ni les Français, ni l’État". Avant de conclure que le gouvernement compte bien poursuivre le relâchement de la pression fiscale: "La priorité, c’est la baisse des impôts des Français".
 

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La déclaration d'impôt pourrait appartenir au passé: le gouvernement annonce le prélèvement à la source pour 2018.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-