François Hollande contredit sur la fermeture d'une mosquée radicale

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

François Hollande contredit sur la fermeture d'une mosquée radicale

Publié le 15/04/2016 à 17:46 - Mise à jour à 18:24
©POOL/AFP/Archives / PATRICK KOVARIK
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec l'AFP

-A +A

Invité de France2 jeudi soir, le chef de l'Etat a réagi à une vidéo dans laquelle un imam radical prêche, affirmant que l'activiste était "poursuivi" et que le lieu de prières était "fermé". Mais ces affirmations ont été démenties ce vendredi.

La mosquée Sunna de Brest, où exerce l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa, a rappelé vendredi qu'elle n'avait pas été fermée, contrairement à ce qu'a affirmé jeudi soir le président François Hollande dans l'émission "Dialogues citoyens". "Le chef de l'Etat a affirmé à tort que la mosquée Sunna de Brest, où l'imam intervient ponctuellement, a été 'fermée'. Il s'avère pourtant que ce n'est pas le cas et nous pensons que le chef de l'Etat a dû être mal renseigné ou qu'il s'est trompé de dossier (et de mosquée)", indique le Centre culturel et islamique de Brest (CCIB), dont dépend la mosquée, dans un communiqué publié vendredi matin sur son site internet et partagé sur la page Facebook de Rachid Abou Houdeyfa.

La mosquée Sunna avait cependant fait l'objet d'une perquisition administrative en novembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris. Aucune interpellation n'avait alors eu lieu dans le cadre de cette opération. Le jeune prédicateur à la longue barbe, et dont les vidéos au contenu intégriste ont plusieurs fois fait polémique sur les réseaux sociaux, avait dénoncé les attentats survenus à Paris, les qualifiant dans une vidéo d'actes "barbares" et assurant qu'ils n'ont "rien à voir avec l'islam". Le CCIB précise aussi que l’imam "n’est dans aucune procédure judiciaire, par conséquent, l’imam de Brest n’est ni un partisan de la haine ni un agent de radicalisation".

Le président de la République, en réponse à une question, avait affirmé au cours de l'émission que l'imam "est inquiété, il est poursuivi et il est dans une procédure judiciaire. Donc nous devons lutter contre ces prêcheurs, ces partisans de la haine qui induisent la radicalisation". Le parquet de Brest, sollicité par l'AFP, n'a pas souhaité confirmer ou infirmer les propos du CCIB sur l'absence de procédure judiciaire à l'encontre de l'imam. Rachid Abou Houdeyfa "est un citoyen français de confession musulmane dont l'Islam s'inscrit dans l'orthodoxie classique sunnite musulmane, de tendance traditionaliste, modérée, quiétiste, pacifique et apolitique", note le CCIB.

L'imam, très populaire sur la Toile où il poste régulièrement des vidéos de ses prêches, avait provoqué une polémique il y a plus d'un an quand il avait expliqué à des enfants que celui qui écoute de la musique risque d'être transformé en porc. Face à l'avalanche de réactions, il avait ensuite affirmé que ses propos n'étaient pas à prendre "au premier degré".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec l'AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


François Hollande a été contredit ce vendredi 15 sur la fermeture d'une mosquée radicale.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-