François Hollande rend un vibrant hommage aux déportés du seul camp de concentration français

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

François Hollande rend un vibrant hommage aux déportés du seul camp de concentration français

Publié le 26/04/2015 à 18:09 - Mise à jour à 18:23
©Vincent Desjardins/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): DD.

-A +A

Le camp de Natweiler-Struthof a été l'un des lieux de détention aux conditions les plus dures de tous les territoires occupés par l'Allemagne nazie.

C’est lors d’une cérémonie officielle et entourée de plusieurs représentants de gouvernements et de parlements européens que François Hollande a inauguré deux stèles commémoratives en l’honneur des déportés et des victimes du camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace. Seul camp muni d’une chambre à gaz sur le territoire français (bien qu’en réalité l’Alsace avait été rattachée au territoire allemand pendant la guerre), le camp a fonctionné de sa mise en place en 1941 jusqu’à sa libération, il y a 70 ans.

N’étant pas conçu comme un lieu de mise à mort en tant que tel, le camp de Natzweiler-Struthof accueillait principalement des prisonniers politiques, condamnés aux travaux forcés dans les carrières de granit pour alimenter les entreprises allemandes et participer ainsi, de force, à l’effort de guerre de l’Allemagne nazie. Le camp regroupait ainsi aussi bien des résistants français, que des Allemands opposés au régime, des Soviétiques, des Polonais, des Grecs, des Norvégiens, des Slovènes et des Luxembourgeois. Réputé pour des conditions de détention très dures, 22.000 personnes y sont mortes en moins de quatre ans des mauvais traitements subis, soit un terrible ratio de 40% des prisonniers.

Un peu à l’écart du camp principal, une chambre à gaz de petite taille a été aménagée pour la mise à mort de 86 juifs et de 4 Tziganes qui ont servi à d’atroces expérimentations médicales menées par le docteur August Hirt, qui menait des études sur des gaz de combat et se constituait une collection de squelettes à des fins académiques. Peu après la défaite de l’Allemagne, il se donnera la mort pour échapper aux poursuites de crimes de guerre dont il s’était rendu coupable.

Auteur(s): DD.


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'entrée du camp de Natzweiler-Struthof.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-