Gay Pride: un élu de Thiais enchaîne les amalgames autour de l'homosexualité (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 02 juillet 2018 - 21:41
Image
Un drapeau arc-en-ciel pavoisant l'Assemblée nationale à l'occasion de la Marche des fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi, Trans et Intersexes (LGBTI)  a été déchiré en fin de soirée vendredi et un individu
Crédits
© GREGOR FISCHER / DPA/AFP/Archives
Mourad Ghazli a créé les polémique en faisait des comparaisons nauséabondes autour de l'homosexualité.
© GREGOR FISCHER / DPA/AFP/Archives
Alors que la Gay Pride se déroulait dans les rues de Paris Mourad Ghazli, élu à la mairie de Thiais, a poussé un coup de gueule sur sa page Facebook samedi. Dans une vidéo, il a enchaîné les amalgames autour de l'homosexualité, la comparant avec la zoophilie ou encore l'exhibition sexuelle.

Les mentalités doivent encore évoluer en France sur la question de l'homosexualité. Dernière preuve en date: une vidéo de Mourad Ghazli, élu de la ville de Thiais. Cette dernière a été repérée par l'Amicale des Jeunes du Refuge ce lundi 2.

Mourad Ghazli a diffusé cette vidéo sur sa page Facebook samedi 30 juin, alors que se déroulait à Paris la Marche des Fiertés, aussi appelée Gay Pride.

Se prenant lui-même en vidéo avec son téléphone alors qu'il était visiblement dans une piscine, l'élu a enchaîné les amalgames autour de l'homosexualité en n'hésitant pas à la comparer à la zoophilie ou bien l'exhibition sexuelle.

A voir aussi: Gay Pride - nouveau vandalisme contre les passages piétons arc-en-ciel à Paris

Selon lui, cette manifestation relevait de l'obscène. "Je ne vois pas qu'est ce qu'il y a à se mettre à moitié à poil, avec un cuir entre les fesses en pleine rue et à hurler «je suis fier d'être homo»". "Moi je ne crie pas que je suis fier d'être hétéro, je vis ma vie, ma sexualité en privé", a-t-il poursuivi visiblement un peu énervé.

Mais c'est après que Mourad Ghazli s'est livré à une série de comparaisons particulièrement douteuses.

"Les mec qui sont naturistes ou qui sont partouzeurs, on ne le sait pas", a-t-il affirmé avant d'évoquer "les mec qui vont aux tapins" qui se "(tapaient) des putes et (fermaient) leur gueule".

L'élu a ensuite jugé bon de donner un conseil au personnes homosexuelles, "vous savez quoi? Tapez vous-même un âne, mais surtout fermez vos gueules", avant d'évoquer sa propre expérience personnelle. Il a ainsi expliqué qu'il avait "connu des gens" dont il avait appris l'homosexualité par des tierces personnes: "ça prouve bien que quand tu vis normalement dans la vie de la cité (…) tu laisses rien transpirer, ça reste ta vie privée".

Il s'est ainsi senti provoqué par la manifestation organisée dans le but de lutter contre les discriminations dont la communauté LGBT est victime. Il a alors pesté contre le fait que le Parlement avait enlevé le bleu-blanc-rouge pour le remplacer par des drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Ceci est cependant totalement faux: des drapeaux LGBT ont en effet été accrochés aux façades de l'Assemblée nationale mais les couleurs de la République n'ont pas été remplacées pour autant et les drapeau tricolores étaient toujours présents.

"T'enlèves les couleurs de la nation pour mettre les couleurs d'une nation LGBT? Mais vous avez pété un câble", s'est-il insurgé, sûr de lui.

L'élu a ensuite proposé que "tous les homosexuels qui n'ont pas d'enfants paient une sur-cotisation sociale pour les retraites". Il a expliqué son idée par le fait que les couples homosexuels sans enfants à la retraite allaient être financés par les enfants des couples hétérosexuels. Il a ainsi assuré que c'était bien les hétérosexuels qui étaient discriminés par rapport aux homosexuels et non l'inverse.

Dans la vidéo, longue de quatre minutes, Mourad Ghazli évoquait ensuite les problèmes d'inceste et de pédophilie présents selon lui au sein de certaines familles, que les parents soient hétérosexuels ou pas.

Il a aussi annoncé que si l'un de ses huit enfants était homosexuel, il n'y aurait aucun problème. "Qu'est ce que tu veux que je fasse, c'est mes enfants, c'est mon sang, donc je les aime. Par contre si j'en vois un d'eux sur les chars avec un cuir, un string et un fouet, c'est moi qui vais les fouetter".

 La vidéo relayée par l'association Le refuge, qui vient en aide aux jeunes homosexuels (bisexuels ou transsexuels) en difficulté, a fait beaucoup réagir les internautes, choqués par les propos de l'élu.

Depuis celui-ci maintien ses propos et continue à les tenir sur sa page Facebook. La preuve en est avec une capture d'écran d'un message qu'il a reçu de la par d'un homme homosexuel qui qualifiait sa vidéo de "honteuse".

"Vous voyez je suis trop ouvert, je leur ai même proposé d’élargir leur sexualité aux ânes et on m’accuse d’avoir la haine des homosexuels. La réponse à la con, faute d’arguments. Comme une grosse merde il m’a envoyé un message et bloqué, courageux ce monsieur ou madame car je ne sais plus comment les appeler avec leur 3e voir 4e sexes", a écrit l'élu visiblement fier de la polémique qu'il a suscité.

À LIRE AUSSI

Image
La haine anti LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) est "plus virulente" en Outre-Mer que dans l'Hexagone
Gay Pride: nouveau vandalisme contre les passages piétons arc-en-ciel à Paris
De nouveaux tags homophobes ont été découverts ce vendredi matin sur les passages piétons arc-en-ciel peints pour la Marche des fiertés à Paris. Anne Hidalgo a saisi l...
29 juin 2018 - 14:32
Société
Image
Un Guinéen doit être renvoyé dans son pays d'origine où l'homosexualité est passible d'une peine allant jusqu'à trois ans de prison
SOS homophobie publie son rapport annuel et de nouveaux témoignages
L'association SOS homophobie a publié ce mardi son rapport annuel. Chaque année, l'organisation dévoile ce dossier se basant sur les différents témoignages de victimes...
15 mai 2018 - 13:23
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.