Gaz de Schiste: le rapport qui embarrasse le gouvernement

Gaz de Schiste: le rapport qui embarrasse le gouvernement

Publié le 07/04/2015 à 08:19 - Mise à jour à 17:17
©Patrick Aventurier/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

"Le Figaro" révèle ce mardi que le gouvernement a enterré début 2014 un rapport qui proposait une méthode écologiquement envisageable pour recueillir la manne économique du gaz de schiste. Cela pour éviter de froisser les écologistes, hostiles à son exploitation.

C'est un document qui pourrait embarrasser l'exécutif, et ce, bien qu'il ait été rendu début 2014. Ce mardi Le Figaro publie un rapport sur l'exploitation du gaz de schiste, commandé par l'ex-ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, et volontairement enterré par le gouvernement. Le but de ce document était d'étudier les alternatives à la fracturation hydraulique pour exploiter ce gaz.

Cette technique avait conduit le gouvernement à refuser toute exploitation du gaz de schiste en France, les importants bénéfices espérés ne justifiant pas le réel risque environnemental. Mais le rapport révélé ce mardi propose une autre solution, l'utilisation du fluoropropane.

Ce gaz inoffensif (on en trouve dans les extincteurs et les inhalateurs) permettrait de fracturer la roche avec un bien moindre impact écologique que lorsqu'on utilise de l'eau. Le fluoropropane pourrait notamment être récupéré, réutilisé, et permettrait de réaliser plus facilement des micro-forages, plus respectueux de l'environnement.

Un milliard d'euros et 225.000 emplois

Certes il ne s'agit pas d'une méthode "verte" pas plus que le gaz de schiste est une énergie renouvelable. Mais selon le rapport, il s'agirait tout de même d'"une réelle alternative permettant de répondre aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique".

De plus l'exploitation du gaz de schiste représenterait une manne économique "d'au moins 100 milliards d'euros pour la France" et pourrait créer "entre 120.000 et 225.000 emplois". Par les temps qui courent, ce coup de pouce aurait été plus que bienvenu. Mais voilà, ce rapport, édité en seulement sept exemplaires et étiqueté "confidentiel", a été gardé sous silence.

Officiellement, le Premier ministre "a décidé de ne pas donner suite au rapport, compte tenu des engagements du président de la République et des nombreuses inconnues autour de cette technologie américaine", a déclaré Matignon au Figaro lundi 6. Mais l'idée que ce rapport a été enterré pour éviter de fâcher les Verts est plus que persistante.

En effet, le gouvernement avait balayé  l'idée d'exploiter le gaz de schiste faute de méthode satisfaisante sur le plan environnemental. Mais les écologistes s'opposent, eux, au principe même de l'exploitation d'une nouvelle énergie fossile. Pour ne pas risquer de perdre cet allié déjà fragile en 2014, le gouvernement aurait donc fait comme si le rapport n'existait pas.

Lundi 5 au soir, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a réagi sur Twitter en déclarant simplement que "les gaz de schiste ne sont plus d'actualité" et que l'intérêt est de développer les énergies renouvelables. Pas de commentaire donc sur "l'oubli" de ce rapport.

Certes, personne n'utilise encore la technique au fluoropropane. Rien ne permet donc de démontrer qu'il s'agit d'une solution miracle. Mais ce ne sont pas les considérations écologiques qui risquent d'embarrasser le gouvernement, mais plutôt l'idée qu'il aurait refusé de tester cette technologie et en aurait même dissimulé les intérêts par simple calcul politique.  

 

(Voir ci-dessous le rapport sur l'exploitation du gaz de schiste):

 
 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le risque environnemental lié à l'extraction du gaz de schiste avait fait réagir une partie de la population et poussé le gouvernement à en refuser l'exploitation.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-