Guyane: les blocages ont repris après trois jours de trêve

Guyane: les blocages ont repris après trois jours de trêve

Publié le 18/04/2017 à 10:03 - Mise à jour à 10:21
© jody amiet / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Après trois jours de trêve pour les célébrations de Pâques, les blocages ont repris ce mardi en Guyane. Les barrages qui avaient été levés ont tous été rétablis dans l'attente d'un accord avec le gouvernement.

Le conflit social se poursuit en Guyane. Après avoir levé les barrages pour le week-end de Pâques le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" a pris la décision de poursuivre les blocages dès lundi 17 au soir. Ce groupe qui coordonne les mouvements sociaux guyanais a aussi envoyé au gouvernement un protocole d'accord dimanche 16, listant les points nécessaires "pour suspendre le mouvement sous sa forme actuelle".

Le gouvernement a indiqué avoir bien reçu le document de sept pages mais tant qu'il n'y aura pas de signature, le mouvement promet de ne pas s'arrêter. Lors d'une assemblée générale lundi, Valérie Vanoukia, représentante des très petites entreprises de Guyane, a expliqué: "pour avoir une signature rapide, nous avons l'obligation de durcir le mouvement".

Le protocole nommé Projet d'Accord de Guyane propose un dialogue autour des deux milliards d'euros demandés par les manifestants mais aussi un renforcement des moyens pour lutter contre l'insécurité, l'amélioration des services de santé ou encore le désenclavement de toutes les communes du territoire. En effet, certaines d'entre elles ne sont pas accessibles par la route et n'ont pas d'accès à l'eau potable ou à l'électricité.

Le document souligne aussi deux point non négociables: "le gouvernement doit acter le fait que le peuple guyanais veut se prendre en main" et doit aussi garantir qu'aucun manifestant ne sera puni judiciairement en marge des protestations.

Au total, les manifestants demandent au gouvernement plus de trois milliards d'euros: "quel que soit le gouvernement qui sera là (après la présidentielle NDRL), ce qu'on demande, il va être obligé de nous le donner" a conclu Mikael Mancée, porte-parole de "Pou la Gwiyann dékolé".

En effet, les mouvements sociaux durent depuis un mois en Guyane et des pénuries de produits frais mais aussi de médicaments n'ont pas altéré la mobilisation de la majorité des manifestants. Cependant des divisions commencent à naître: 500 entreprises guyanaises ont demandé des mesures de chômage partiel selon le préfet, et au sein du collectif certains ont demandé, en vain, la fin des blocages pour "sauver les emplois"

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les mouvements sociaux durent depuis un mois en Guyane.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-