Hébergement d'urgence: face au froid, Cazeneuve demande plus de places

Hébergement d'urgence: face au froid, Cazeneuve demande plus de places

Publié le 18/01/2017 à 08:47 - Mise à jour à 08:49
©Xavier Leoty/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Lors d'une visite au Samu Social à Ivry-sur-Seine, mardi soir, Bernard Cazeneuve a plaidé pour une augmentation des possibilités d'hébergement d'urgence. Le Premier ministre a également rendu hommage aux associations sans qui "rien ne marcherait".

A la veille d'une réunion ministérielle à l'Elysée sur la mise en place du plan grand froid, Bernard Cazeneuve a plaidé mardi 17 au soir pour une augmentation des possibilités d'hébergement d'urgence, lors d'une visite au Samu Social à Ivry-sur-Seine. "Il faut augmenter les places et les possibilités d'hébergement en urgence de ceux qui en ont le plus besoin", a dit le Premier ministre, à quelques heures d'une réunion ministérielle à l'Elysée consacrée à la mise en oeuvre du plan grand froid. "Il faut pouvoir maintenir ces personnes en hébergement et créer les conditions d'insertion et de prise en charge globale", a ajouté M. Cazeneuve, qui participera mercredi à 8h45 à une réunion présidée par François Hollande en présence notamment des ministres de l'Environnement et de l’Énergie, du Logement, des Affaires sociales et de l'Intérieur, Ségolène Royal, Emmanuelle Cosse, Marisol Touraine et Bruno Le Roux.

"L'arrivée dans les hébergements d'urgence pour les sans domicile fixe c'est un processus d'insertion qui doit intégrer toutes les administrations de l'Etat", a souligné M. Cazeneuve un peu plus tard, à sa sortie du centre d'hébergement d'urgence de l'hospice St Michel dans le XIIe arrondissement, accompagné d'Emmanuelle Cosse et rejoint par Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée notamment de la Lutte contre l'exclusion. "Nous voulons une approche globale de la difficulté sociale", a-t-il ajouté.

Ayant décidé de se rendre à la rencontre des différents acteurs mettant en oeuvre le plan "grand froid", M. Cazeneuve s'est d'abord rendu au centre d'appel d'urgence (le 115) du Samu social à Ivry-sur-Seine, accompagné d'Emmanuelle Cosse. Dans la salle qui reçoit les appels ou signalements de personnes sans abris, les téléphones sonnent sans répit. Un grand écran affiche 71 places disponibles. La veille le centre a reçu plus de 5.000 appels. "Nous avons fait en sorte que nous puissions offrir 3.400 place supplémentaires dont 1.400 à Paris", a précisé M. Cazeneuve en fin de soirée.

Souhaitant "limiter considérablement le nombre de ceux qui ne peuvent pas être accueillis en raison d'un déficit d'hébergements", et insistant sur la nécessité de trouver des solutions permettant notamment le regroupement des familles sans-abri, M. Cazeneuve a souhaité enfin proposer "des solutions d'hébergement pérennes". En tout état de cause, "il faut maintenir le dispositif tout au long de la période hivernale", a-t-il dit.

Le Premier ministre a également participé à des maraudes dans un véhicule du Samu social. Douze équipes, soit une trentaine de personnes, ont été mobilisées pour intervenir auprès des sans-abri jusqu'à 5h du matin. Le Premier ministre a rendu hommage leur action. "Rien de ce que nous faisons ne marcherait (...) s'il n'y avait pas ces acteurs associatifs, sociaux qui interviennent quotidiennement dans la nuit", a-t-il souligné.

L'air vif et sec tombé sur la France génère actuellement des températures de 5 à 10° en dessous des normales de saison, selon Météo-France. Inédit depuis cinq ans, ce coup de froid doit s'étendre mercredi vers l'Ouest, renforcé par la bise. En prévision du froid, le gouvernement a mis en place un "pilotage national quotidien" pour anticiper les besoins. En Île-de-France, le plan grand froid est activé depuis la fin de la semaine dernière et a atteint le niveau 2, "bleu foncé" lundi matin, c'est-à-dire qu'il correspond à des températures comprises entre -10° et -18°, selon la préfecture de région.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il faut augmenter les places et les possibilités d'hébergement en urgence de ceux qui en ont le plus besoin", a déclaré Bernard Cazeneuve.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-