Impôts: peu importe la majorité, le prélèvement à la source se fera assure Eckert

Impôts: peu importe la majorité, le prélèvement à la source se fera assure Eckert

Publié le 31/07/2016 à 10:34
©Michel Gile/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Christian Eckert assure que le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu ne sera pas remis en cause après l'élection présidentielle de 2017. Cette mesure doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018.

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018, ne sera pas remis en cause après la présidentielle 2017, a assuré le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert dans un entretien à paraître ce dimanche.

"Nous prenons les dispositions nécessaires pour que cette réforme entre en vigueur en 2018", a-t-il déclaré dans les quotidiens régionaux du groupe Ebra. "Je suis persuadé que personne ne reviendra sur cette réforme, parce qu'elle est souhaitée par les Français, et qu'elle est souhaitable, juste et moderne", a-t-il ajouté. Une présentation par M. Eckert du projet de prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, prévue mercredi en Conseil des ministres, avait dû être reportée en raison de l'attentat dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Ce projet consiste à ce que l'impôt sur le revenu soit prélevé par l'employeur, sur la base d'un taux d'imposition calculé et transmis par l'administration fiscale. Les revenus seront ainsi directement taxés chaque mois au titre de l'année en cours et non plus au titre de l'année précédente.

"À partir des déclarations de revenus faites au printemps 2017, l'administration fiscale calculera le taux d'imposition effectif du foyer", a expliqué le ministre des Finances Michel Sapin dans le Journal du dimanche (JDD). "Le contribuable en aura connaissance à l'été. Le fisc transmettra ce taux à l'employeur, la caisse de retraite, Pôle emploi… Qui prélèvera à partir de janvier et versera la somme au fisc", a-t-il détaillé.

Au printemps 2018, les contribuables devront effectuer une nouvelle déclaration de revenus sur les gains de 2017 qui aboutira le cas échéant à "un nouveau taux applicable à la rentrée" avec à la clé, un remboursement "en cas de trop-perçu" ou un "reliquat" à payer dans le cas contraire. Comme c'est aussi le cas en Allemagne, les conjoints qui ont des écarts de revenus importants "pourront choisir un taux chacun au lieu du taux global de leur foyer".

En cas de changement d'activité ou de situation familiale, il sera possible de demander au fisc un nouveau taux en cours d'année. "L'administration le changera dans un délai de trois mois", a précisé M. Sapin. "Le taux sera soumis au secret. Sa divulgation par l'employeur (ou tout autre tiers) sera punie par la loi", a-t-il ajouté, évoquant l'hypothèse d'une peine de 5 ans de prison maximum et 300.000  euros d'amende, a-t-il ajouté.

Les contribuables qui ne souhaiteraient pas que leurs employeurs soient au courant de leur situation patrimoniale pourront demander qu'un "taux neutre" leur soit appliqué par défaut, et payer le solde ensuite directement à l'administration fiscale, a confirmé le ministre.

Ce taux "neutre" ou "standard" sera appliqué en cas de premier emploi ou encore si le contribuable est rattaché au domicile de ses parents. "Il correspondra peu ou prou à celui qui vaut pour un célibataire sans enfant", précise M. Sapin.

Selon un sondage réalisé par Odoxa pour FTI Consulting, Les Echos et Radio Classique publié en juin, les deux-tiers des Français (65%) sont favorables au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Le texte, qui a fait l'objet au printemps de vives critiques aussi bien des syndicats de l'administration fiscale que du patronat, devrait être soumis aux parlementaires "dans la deuxième quinzaine du mois d'août", selon Bercy.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018, ne sera pas remis en cause après la présidentielle 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-