L’interdiction du téléphone portable à l'école passera par une loi

L’interdiction du téléphone portable à l'école passera par une loi

Publié le 05/03/2018 à 12:46 - Mise à jour à 13:03
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'interdiction du téléphone portable au collège à la rentrée 2018 devrait bien passer par une loi, a confirmé ce lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Le texte devrait cependant laisser aux établissements le soin de choisir les modalités plus ou moins dures de l'interdiction.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a confirmé ce lundi 5 sur France Inter que le Parlement allait bien devoir se pencher sur l'épineuse question des téléphones portables au collège. Il avait déjà fait part de sa volonté d'en interdire l'usage dans les établissements scolaires, et cela devrait donc passer par une loi.

Une procédure qui peut paraître lourde pour un sujet a priori assez secondaire de l'Education nationale, mais nécessaire sur le plan juridique. En effet, si interdire l'usage du portable durant les heures de cours est déjà une évidence, étendre cette interdiction à tout l'établissement et à tout moment serait impossible pour l'instant car considéré comme une atteinte aux libertés publiques. La mesure devrait donc passer devant les députés et sénateurs.

Lire aussi: Ecoles rurales - 200 à 300 fermetures de classes à la rentrée

Jean-Michel Blanquer a détaillé une loi qui laisserait une large marge de manœuvre aux établissements pour une application "de la plus souple à la plus dure", c'est à dire entre l'interdiction totale et un simple "confinement".

Le ministre avait déjà évoqué comme moyen "des casiers qui ferment" et, ce lundi, "comme cela existe aussi dans certains collèges de pouvoir l'enfermer dans un petit sac spécifique à l'intérieur du cartable pour pouvoir le ressortir s'il y a des usages pédagogiques, s'il y a des urgences".

Cette interdiction devrait en principe entrer en vigueur à la rentrée 2018. Au-delà du seul cadre scolaire, Jean-Michel Blanquer y voit un "message de santé publique qui concerne les familles", car il est "bon" que les enfants "ne soient pas devant trop, voire pas du tout, devant les écrans avant l'âge de sept ans".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les téléphones portables pourront être interdits ou "confinés" dans les collèges à la rentrée 2018.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-